[LP] Colours In The Street – Royaume

Enfin prêt à franchir l’étape capitale de la sortie du premier album et s’affranchir ainsi de ses actes de jeunesse, Colours In The Street, promis de la scène indie pop niortaise, réalise avec « Royaume » une brillante percée de singles positifs et galvanisants.

Colours In The Street - Royaume

Après avoir avalé les kilomètres au cours d’une tournée qui l’aura vu jouer aux six coins de l’Hexagone en remportant le Prix Ricard S.A. Live Music en 2013, le quatuor originaire des Deux-Sèvres saisit dix titres généreux et fraternels.

Poétiques, mélodieuses et éperdument entraînantes, les compositions de ces quatre musiciens nous décrochent de nos empreintes terrestres sans retenue, pour un aller sans retour programmé.

Fourmillant de chaleur et d’envie, on ne résiste pas au doux embrasement des voix unies, lorsque les murmures bâtissent avec délectation les harmonies ici présentées. De même, les rythmes qui peuplent chaque piste ne mentent pas, de ces notes de clavier qui surgissent avec spontanéité, de cette batterie qui mène parfois la danse à ces guitares qui dessinent les mélodies avec une grâce certaine. En maître de cérémonie, Alexandre Poussard s’empare de ses textes à travers une interprétation vivante et vibrante, fragile et sensible, dont on ne peut aisément se défaire.
Dans l’agitation et l’escalade de saines pulsions, sans subir le moindre empressement, on se laisse glisser le long d’un tunnel sans fin, où les accélérations procurent une décharge d’adrénaline des plus euphoriques.

« Kid & King » nous montre une voie à suivre, comme une lumière éclairant notre route dans la nuit pour nous guider vers un Royaume radieux. Partant d’un imaginaire fantastique, nos aventuriers adultes d’une pop mature n’en oublient pas leurs chers rêves d’enfants. Des notes et des voix naissent ces histoires sans fin, où l’unisson permet de vaincre les peurs, où la fraternité des chœurs et des chants qui se répondent amènent de nouvelles trépidations.
Emportant (The Gods Of Wonder) ou ensorcelant (A Thousand Candles), chaque élément de ce Royaume, chaque pierre apportée à cet édifice indie pop en devient une pièce charnière et essentielle, sans laquelle le reste de la narration ne peut aboutir.
On sera fascinés par les chœurs fusionnants de « Birds », envolée collective et saisissante comme ces nuées d’oiseaux partis pour la grande migration, sublimée par les élans post-rock des guitares et de la batterie.
Tout autant passionnés par les profondeurs musicales et émotionnelles du magique « Sea of Lions », monument de douceur, de retenue et de relâchement de ce premier album. Un titre exquis. Et littéralement sous le charme des quelques mots de « Few Words », œuvre fiévreuse dans la veine de leurs compères parisiens de Birdy Hunt, comme par le fragile « We All Swear », pop digne des plus grands orfèvres, lumineuse et accomplie.

crédit : Manu Fauque
crédit : Manu Fauque

Architecte de créations aériennes et rêveuses, ravivées par la spontanéité du chant d’Alexandre Poussard et les chœurs toujours justes de ses partenaires, CITS réalise son ascension avec témérité, comme on aimerait gravir les nuages pour toucher les astres.
Il y a, chez ces quatre musiciens, un goût prononcé pour l’immensément pop, celle qui ravive l’imaginaire et qui provoque en nous de si belles et sincères émotions.

« Royaume » de Colours In The Street, sortie le 9 février 2015 chez Velvet Coliseum.


Retrouvez Colours In The Street sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami