[EP] Cliché – Cliché

Première signature du label microqlima, – fondé par Antoine « Qosmonaut » Bigot, manager des groupes Isaac Delusion et l’Impératrice -, les cinq Bordelais de Cliché capturent sur leur premier EP des instants de vie juvéniles à la façon d’un polaroïd.

Cliché - EP

Avec « Hélicon », d’abord, le quintet aquitain nous fait parcourir un monde de douceur et de malice, dans une bulle de savon. Détendues et sans complexes, les paroles nous laissent l’esprit aussi léger qu’un ballon d’hélium (« Oui, j’ai théorisé sur les ailes des papillons »). Emportées par une partie instrumentale minutieuse, elles introduisent deux voix, l’une douce et androgyne, l’autre plus grave et carrée. La combinaison vocale est insolite et fonctionne à merveille.

« Shalom », placé deuxième dans la file, nous prend la main et nous accueille dans une transe psychédélique pacifique, antichambre de ce qui va suivre. On est dans un cocon prêt à éclore, prêt à devenir papillon, de façon très latente. Le chant se fait suave, murmurant et charnel et nous rapproche un peu plus d’un récital séducteur et temporisé.

« En catimini » pose alors un cadre discret et surréaliste. Un souffle chaud, une caresse tendre, un bisou dans le cou qui donne le frisson ; Cliché capture ces petites marques d’affection dans l’intimité d’un couple qui font tant de bien sur l’instant. « Prends ma main, on s’y repose ».
Sur une reverb détendue et docile, le chant charmant et confidentiel, aussi innocent que pur, fait son effet de bien-être.

Sur « Coïncidence », Cliché parle aux malheureux en amour. Une voix monocorde, pas blasée pour autant, qui fusionne avec des mélodies délicates, entre riffs tendres aux petits bondissements enjoués, chœurs atmosphériques et rythmiques charmantes. De toute évidence, un grand morceau pour petits et grands timides, irrésistible.

Il y a du Gainsbarre et du Furnon dans « Pas chat », entre un « Je suis venu vous dire que je m’en vais » et une « Chanson de rien du tout ». Sur des paroles à double sens, que l’adulte trouvera terriblement osées (et bien écrites) quand l’enfant n’y verra qu’une innocente comptine. « Dans les pelages du monde, je glisserai mes doigts », tout est dit ! Derrière la poésie, l’intelligence de l’écriture est bien là.

crédit : Hervé Éloi
crédit : Hervé Éloi

Entre Poom et ses voisins locaux Pendentif, sur des guitares et des synthétiseurs cotonneux, Cliché construit des ballades pop intimistes, raffinées, presque élitistes, marquées par une certaine vision de la nostalgie.
Le groupe bordelais nous laisse sur un petit nuage grâce à cinq titres qui transportent l’auditeur à l’aide de mélodies et de chants faussement innocents. Un beau premier EP qui en appellera forcément d’autres.

« Cliché » de Cliché est disponible depuis le 6 octobre 2014 chez microqlima.


Retrouvez Cliché sur :
FacebookSoundcloudLabel

Partager cet article avec un ami