[Clip] [Exclusivité] Clément Bazin & Toro/Azor – Delphine

L’alliance musicale nouvelle et inédite entre le musicien Clément Bazin et la chanteuse et DJ Toro/Azor aura bientôt comme point d’orgue la mise en orbite d’un premier EP, « Après l’orage », sur le label Nowadays, en décembre prochain. Sur ce court format créatif et inspiré s’illustre le morceau onirique « Delphine », qui voit sa matière introspective se répandre en couleur et en inventivité dans un superbe clip mis en image par la jeune réalisatrice Laodice Kolk, à découvrir en exclusivité ici et maintenant sur indiemusic.

crédit : Laodice Kolk

Laodice Kolk, en tant que vidéaste, s’est signalée pour son travail d’assistante de réalisation et de montage sur des courts métrages marquants comme Maternité Heureuse en 2020, elle est aussi très active dans le milieu de la musique indé notamment à travers ses propres réalisations pour des groupes tels que Zeska et Global Network notamment. Pour « Delphine », la connexion esthétique qui s’est parfaitement établie entre elle, Toro/Azor et Clément Bazin est l’occasion de faire ressortir une attirance commune pour le cinéma joueur, poétique et surréaliste du très imaginatif Michel Gondry (dont les clips auront d’ailleurs marqué les esprits et l’imaginaire populaire). Des aveux de Toro/Azor, de Laodice Kolk et Clément Bazin, ce clip aura été l’occasion de faire vivre l’influence décisive du travail imposant du cinéaste espagnol Pedro Almodovar, mais aussi de la plasticienne iconique française Louise Bourgeois. L’aspect visuel a d’ailleurs pris une place centrale dans la mécanique artistique globale, qui finalement ne peut se résumer à la musique. Par exemple, la designer Juliette Jouet (Yukka.design) aura marqué de son empreinte les tableaux colorés et inventifs du clip de « Delphine ».

Dans ce film inspiré, la liaison entre l’image, le texte et la musique a toutes les vertus d’une symbiose esthétique à la cohérence absolument délicieuse. Il raconte avec beaucoup de générosité, de tendresse et de malice, le chemin du dialogue intérieur qui peut nous habiter, marqué par ces sentiments contrastés qui nous assaillent en tant qu’être social, partagé que nous sommes entre notre propre singularité et notre altérité. La famille est bien évidemment au cœur de ces interrogations, cette famille qui peut être à la fois le refuge ultime et une vraie prison ; tout comme l’amitié qui peut-être elle aussi un puissant ressort de l’existence. Dans « Delphine » se formule ainsi par la mise en scène, par le son, par les mots une intense réflexion psychologique et philosophique sur la vie et notre relation aux autres, sans pathos, avec beaucoup de simplicité et d’humanité. « Delphine », ce personnage miniature qui susurre à l’oreille de son alter ego grandeur nature, pénètre les méandres de l’intellect gorgé de souvenirs et d’émotions. Il explore ce Moi profond dans une odyssée colorée et fantasmagorique qui verrait la mécanique du dessin animé Il était une fois… la Vie se confondre avec l’esprit psychédélique de l’imaginaire d’Alice au Pays des Merveilles, sur laquelle les sonorités du steel drum de Clément Bazin symboliseraient parfaitement cette soif de vivre, indicible et joyeuse. Loin de sombrer dans des partis-pris conceptuels et esthétiques fumeux, dans une intellectualisation à outrance du propos artistique, ce clip séduit par sa grande générosité, sa simplicité organique, son intelligence vibrante, où l’imagination dans son aspect le plus inventif et bricoleur ouvre la voie d’une création libérée et amoureuse de la vie.

crédit : Laodice Kolk

« Après l’orage » de Clément Bazin & Toro/Azor, sortie le 3 décembre 2021 chez Nowadays Records.


Retrouvez Clément Bazin sur :
FacebookTwitterInstagram

Retrouvez Toro/Azor sur :
FacebookInstagram

Partager cet article avec un ami