[LP] Claire Faravarjoo – Nightclub

L’heure des constats et des règlements de comptes a sonné pour Claire Faravarjoo, mais sous une forme totalement inédite et qu’elle maîtrise à la perfection. Dans la chaleur de la nuit, « Nightclub » invite à la danse les fantômes du passé sentimental, les vapeurs alcoolisées et les vices et vertus d’une musicienne portée par le démon des vibrations corporelles.

crédit : Naïssa B. Artwork

La première impression qui s’empare de l’auditeur à l’écoute de « Nightclub » est bel et bien celle d’être emporté dans un tourbillon électro pop dont il sait pertinemment qu’il ne parviendra pas à se libérer. L’intelligence de Claire Faravarjoo, sur ce nouvel opus, se veut de poser ses textes intimes, ses évocations de forces et de faiblesses personnelles sur des rythmes et des claviers en perpétuel mouvement, d’un déhanché félin à la sueur curative de nos maux intérieurs. Chaque titre se métamorphose, au fil de sa progression, en poème d’une damnation qui ne cherche pas à noyer, dans la facilité, son urgence narrative. Conséquence irrémédiable : une implication totale de celles et ceux qui auront décidé, à juste titre, de s’y immerger.

On trouve alors, le long de ces douze pistes sonores tumultueuses et hypnotiques, des paradoxes avouant les tentations les plus difficiles à refuser (les conséquences d’ « Ivresse » s’enchaînent sur les effets secondaires de « Tequila »), les convictions profondes mais rapidement rattrapées par la jalousie (« Apocalypse », « Mon ex »), les amours marquantes et auxquelles on songe dans les brumes éthyliques (« Tu sais me manquer », « Amour de vacances »). Cependant, toute l’originalité de ces sujets demeure dans leur exploitation mélodique : sans interruption, Claire Faravarjoo cisèle ses harmonies et arrangements pour les transformer en torrents synthétiques nous conviant à rejoindre le dancefloor et à observer les âmes perdues qui nous entourent. Sans aucun vice mais, au contraire, avec une exceptionnelle affection, ressentie au creux du timbre de la chanteuse, parlé et chanté, sincère et fragile.

Tandis que le jour se lève, les bribes scintillantes de « Nightclub » nous hantent toujours plus, faisant de Claire Faravarjoo le témoin privilégié des échappées nocturnes. La parole sulfureuse et mélancolique d’une artiste fière et confidente.

crédit : Naïssa B. Artwork

« Nightclub » de Claire Faravarjoo, disponible le 14 février 2020 chez #14 Records.


Retrouvez Claire Faravarjoo sur :
FacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami