[LP] Celebration – Wounded Healer

Ce qui ressemble au premier abord à un album fourre-tout recèle une incroyable quantité d’idées mélodiques et un génie de composition fascinants et jouissifs. Avec « Wounded Healer », Celebration signe un grand disque, de ceux qui font travailler les sentiments autant que l’intellect en offrant une source intarissable de plaisirs et de réflexions sur l’art, la création et les talents qu’il faut travailler, chaque jour, pour parvenir à engendrer un tel chef-d’œuvre.

L’invitation à un rituel initiatique où plaisir et dévotion seront de mise pour pénétrer l’atmosphère à la fois douce et puissante de sonorités d’une diversité confondante ; en créant « Wounded Healer », Celebration ne savait peut-être pas encore qu’il était sur le point de donner vie à un disque d’une complexité rare, liée à un sens de l’extase mélodique immédiate et épidermique. Ne cherchant jamais à freiner ses instincts primaires à travers onze pépites ayant chacune leur propre personnalité, le groupe semble totalement en roue libre, chassant sur des terres vierges les sources vitales d’un opus inclassable et forcément palpitant. Sans aucun temps mort ni aucun reproche possible ou envisageable ne serait-ce qu’une seule seconde, cette collection intemporelle d’hymnes à l’énergie intérieure et psychique autant qu’à la sueur d’une fête isolée en pleine forêt ne laissera personne indifférent, ce qui est aussi miraculeux que précieux.

Les élans psychédéliques et en apparence décousus de « Rolling On » donnent le ton, mais sont rapidement remis en question par la beauté lumineuse et marquante du fabuleux « Velvet Glove » ou du mystique et mélancolique « Granite », chorégraphie chamanique et danse autour d’un feu purificateur et cathartique. Car Celebration brasse les cendres de genres trop souvent recopiés à la lettre en les humectant afin d’y dessiner leurs propres visions et formes, que ce soit dans le langoureux « Spider » (araignée du soir : espoir ?) ou le très chamber pop « Freedom Ring », hymne divisé en parties instrumentales distinctes mais irrémédiablement complémentaires. Tout au long de l’écoute, « Wounded Healer » crie autant la libération de chaînes harmoniques trop réductrices que l’explosion électrique et hurlante d’une liberté retrouvée après une longue période d’introspection, qui prend toute sa dimension presque mécanique et onirique sur le phénoménal « Stevie » et sa basse synthétique dialoguant en totale osmose avec un saxophone nous donnant la chair de poule. L’œuvre est alors une boussole autant qu’un feu de Bengale que l’on suit pour retrouver son chemin dans un décor où les herbes hautes nous agressent et nous griffent, tout en sachant que le remède ne se trouve plus qu’à quelques mesures (« Paper Trails »).

Il y a, dans ces airs chahuteurs puis confidents, un sentiment inaltérable de lumière et de chaleur, tout en remettant totalement en question notre propre conception de ce que doit être l’art harmonique. « Wounded Healer » est une marche vers l’inconnu autant que vers nos propres paysages spirituels, faite de pauses, de courses effrénées, de chutes et de plaies que même ce guérisseur blessé, usant de ce que ses propres faiblesses lui ont appris, saura apaiser et bander. Une offrande à des forces naturelles cachées, certes, mais que l’on sent évoluer autour de nous, veillant et encourageant l’humain à se dépasser et aller au-delà de ses a priori et de ses habitudes. Un délice addictif et indispensable.

« Wounded Healer » de Celebration est disponible depuis le 2 juin 2017 chez Bella Union / [PIAS].


Retrouvez Celebration sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami