[LP] Canari – Désamorceur

Projet aussi intrigant sur le papier que passionnant sur disque, Canari nous fait l’honneur de nous offrir le superbe « Désamorceur », véritable fourmillement d’idées mélodiques et stylistiques qui dévoile ses mystères au fur et à mesure de nombreuses écoutes frénétiques.

Il est amusant de lire les informations recueillis sur les Parisiens de Canari ; notamment cette citation, présente sur leur profil Facebook : « Le canari contient et conduit l’âme à ses demeures astrales. » Aussi obscure soit-elle, cette phrase sied à merveille à la musique du groupe parisien, tant « Désamorceur » apparaît comme une aventure spirituelle à la fois douce et mouvementée. Passant sans hésiter une seule seconde d’un rock raffiné à une pop élaborée et sensible, Canari expérimente, au fil de ses chansons, les sons, les ambiances, les arrangements les plus décalés au premier abord, mais précieux et essentiels quand on se concentre sur le sujet. Ainsi, l’opus est une aventure humaine forte et vivifiante, demandant de se focaliser sur ses aspects immédiats et savants.

Alternance de douceurs nostalgiques et rêveuses, comme lors de l’évolution tendre et caressante de « Rangi Hotel », « Désamorceur » s’inspire sans jamais recopier, ce qui serait vain et inutile face à une telle réunion de talents. Les mélodies se bousculent, se complètent et se bouleversent en toute logique, sans jamais s’étouffer mais en recherchant l’adéquation dans l’union sacrée des notes et des accords (le charme très 60’s et psychédélique de « Passagers » ou l’électricité à fleur de peau de « Water Exit »), progressant en intensité avec un naturel aussi admirable que désarmant. En un peu plus de trente minutes, l’auditeur est invité à s’installer confortablement dans des expérimentations instrumentales aussi sobres dans leurs révélations que cérébralement motivantes (« Désamorceur »), ou à fréquenter des influences rythmiques venues d’ailleurs et maîtrisées à la perfection au moment où elle s’inscrivent dans un mood jazzy idéal (« Mystic Halo »). Extase finale conviant autant la marche vers un avenir incertain que la réalité d’une dévotion totale à la recherche sonore, « Tryptique (bal des esprits) » se transforme sous nos yeux en invocation chamanique, portée par des tempos évolutifs et un échange voix-guitare-clavier d’une stupéfiante complémentarité.

« Désamorceur » pourrait presque s’avouer paradoxal dans son titre ; en effet, ce dernier est un commencement, une mèche allumée avant de déconstruire pour mieux bâtir un microcosme harmonique original et franc, dont les effets se font sentir bien après les nombreuses écoutes qu’il exige. Une navette spatiale égarée dans l’immensité, mais dont le message est fait pour parcourir les galaxies et résonner jusqu’au fond des âges et au bord d’astres inconnus.

crédit : Christophe Deschamps

« Désamorceur » de Canari est disponible depuis le 17 novembre 2017 chez La Souterraine.


Retrouvez Canari sur :
FacebookTwitterBandcamp

Partager cet article avec un ami