[LP] By The Fall – Wolves

Après un EP à fleur de peau, magnifiant le sentiment mélancolique et justement nommé « Ashes », la perspective d’un premier long format était inévitable et surtout logique. Emmené par le très attachant chanteur et guitariste Vincent Estival, By The Fall, petit trésor de la musique folk hexagonale, prend aujourd’hui son envol avec « Wolves ». Ouvrant désormais des espaces sonores totalement élargis, c’est à travers la forme d’un trio que notre groupe avance désormais vers la lumière. « Wolves » n’a rien d’une rupture, mais formule au contraire une suite logique, celle d’un groupe qui ne cesse de grandir et regarde très loin devant lui.

Séduisante collection de compositions délicates et en apesanteur, cet album capture très vite les sens par son impressionnante homogénéité. Des titres comme « Polar » ou « Scarecrow » mettent en lumière, une nouvelle fois, cette aisance naturelle à l’écriture de chansons folk simples et essentielles, dont les nouveaux arrangements précis et classieux contenus dans « Wolves » ne font que révéler la force et la justesse. Tout l’enjeu de ce disque était certainement de préserver cette douce proximité que Vincent installe si simplement en quelques accords de guitares. Au contact de ses nouveaux complices, il fait évoluer son registre tout en conservant cette douceur intrinsèque qui participe grandement, depuis ses débuts, au charme de By The Fall. Maxime à la guitare et Pierre, musicien polyvalent, ont su résister à l’appel des grandeurs en choisissant, par bonheur et avec une grande humilité, les voies de la retenue et de la finesse. A aucun moment, comme c’est malheureusement trop souvent le cas aujourd’hui dans la sphère indie, la musique ne sombre dans la débauche de technologie. Chaque arrangement est pensé, amené avec un évident savoir-faire et une mirifique inspiration.

« Wolves » n’en reste pas moins un album ambitieux, qui nous tend les bras grands ouverts. « Quiet fireworks », sans être le morceau le plus marquant, est certainement celui qui illustre avec le plus de congruence cette faculté à construire des univers nuancés, pouvant relier d’un trait l’intimité fragile d’un acoustique presque lo-fi à la rêverie spatiale de l’électronique. Difficile de sortir un titre de ces instants de bonheur concentré, tant chacun des morceaux existe par lui-même et nous raconte une histoire qui lui est propre. Forcément, « Dry » et son battement indolent, presque dancefloor, fait figure de single imparable. Mais il ouvre une voie royale pour le plus expérimental « Beyond The Walls » à la saveur presque dub, pas très éloigné d’un Thom Yorke en escapade solitaire. C’est peut-être « Polar » qui agencerait le mieux un pont évident entre « Wolves » et son prédécesseur, « Ashes », avant de verser dans l’électricité rock via la guitare soudainement appuyée du pourtant discret Maxime. Le titre éponyme monte lui doucement et sûrement, jusqu’à évaporation des dernières notes : un ange est passé au-dessus de nous et nous sommes restés ébahis. Enfin, pour avoir eu la chance de l’écouter en live, notre coup de cœur, parfaitement subjectif, irait facilement à « Scarecrow », avec son refrain entêtant qui pourrait rester pendant des heures dans notre tête, et surtout toutes ces petites choses qui amènent ici et là ce grain si particulier.

Nous cherchons parfois le bonheur à des milliers de kilomètres, en pensant que la musique folk reste le domaine réservé des Américains (Bon Iver), des Australiens (Hein Cooper), des Suédois ( Junip)…… Pas très loin de chez nous, pourtant, le trio By The Fall, dans le sillage d’un Syd Matters – pour n’en citer qu’un ( son formidable « Someday We Will Foresee Obstacles ») -, n’a pas à rougir de son très beau premier format long, qui squattera à n’en point douter plus d’une platine cet hiver.

By The Fall / Crédit: Morgane Imbeaud

« Wolfes » de By The Fall est disponible depuis le 25 novembre 2016 grâce à une campagne Microcultures.


Retrouvez By The Fall sur :
Site officielFacebookYoutube

Partager cet article avec un ami