[LP] Bumpkin Island – All Was Bright

Retour en force pour les Rennais de Bumpkin Island avec un nouveau disque tantôt lumineux, tantôt plongé dans des méandres ténébreux puis enchanteurs. Une œuvre à part et exprimée de l’intérieur par le collectif qui, sans se fier le moins du monde aux courants actuels, continue à suivre sa propre voie et son langage si personnel et intrigant, avant de faire l’unanimité, sans conteste possible.

On ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre de la part de Bumpkin Island. Au fur et à mesure des enregistrements, le groupe explore des paysages inédits, chaque chanson devenant l’opposé de la précédente en quelques accords, mais en maintenant cependant une cohérence de tous les instants, ne serait-ce que dans l’intention première du projet : ne jamais prendre l’auditeur pour un idiot mais, au contraire, le pousser dans ses derniers retranchements pour mieux s’immerger dans cet univers particulier et tellement éloigné des clichés. Mature et complexe, « All Was Bright » est une expérience pour l’esprit et les neurones, portée par des arrangements et choix de production risqués mais terriblement captivants. Une écoute aussi jouissive qu’active, qui demande autant de concentration que de libération cérébrale et sensorielle.

Dès les premières sutures harmoniques de « Spectacular Lives », tout en rythmes saccadés et voix aussi humaines que mécaniques, l’ambiance du disque se retrouve empreinte d’une extase totale des sens, trouvant une complémentarité exemplaire dans les pérégrinations de « Nightingale ». Jamais rock ni simplement automatiques ou en roue libre, les pistes de ce nouveau LP conservent une part de mystère et de fascination qui ne cesse de nous tourmenter autant qu’elle nous fascine. L’apaisement de « Head Over Heels » annonce le bouleversant et instrumentalement mémorable « Your Other », moment suspendu dans le temps et l’espace où les cuivres et vents échangent un dialogue subversif et envoûtant. « La vie secrète de Frédéric B » agit alors comme un pont suspendu entre deux rives, rupture non-conventionnelle d’un album qui ne l’est pas moins ; loin de là. Le titre éponyme souffle le chaud et le froid dans une cohérence mélodique impressionnante de maîtrise, laissant éclater toutes les inhibitions de l’auditeur et des interprètes pour mieux trouver le salut dans l’achèvement du tourment, alors que « Sgt Woodbury » se fait plus expérimental, sans jamais perdre cet incroyable pouvoir de fascination hypnotique que les dix perles musicales qui nous sont offertes ici véhiculent au gré des envies et motivations. Diptyque final en forme de bilan autant que d’ouverture vers un avenir encore imprécis mais déjà désiré avec une impatience non feinte, « Playground » et « Yellow On The Sea », psychédéliques et éthérés, se portent garants d’une ambition sans limite pour ce projet si attachant et décidément hors du commun.

On aurait tort de croire que l’art de Bumpkin Island ne se résume qu’à une approche presque scientifique de la musique ; car, sous ses atours intransigeants et précis, « All Was Bright » est un pur moment de folie et de plaisir immédiat, de ceux qui nous prennent au corps et nous emmènent dans un univers parallèle n’ayant jamais été exploré. Une galaxie où les trous noirs côtoient des astres scintillants et protéiformes, faisant de l’écoute un baptême du feu et de la glace que l’on s’approprie selon sa propre sensibilité. Jamais hermétique mais, au contraire, ouverte à toutes les interprétations, cette nouvelle offrande ne laissera personne indifférent, divisera sûrement, mais finira par fédérer autour d’une seule et même conclusion : Bumpkin Island a définitivement sa marque de fabrique et sait, à la perfection, nous faire sortir du marasme pour mieux jouir de ses mille plaisirs.

« All Was Bright » de Bumpkin Island, sortie le 3 février 2017 chez Patchrock / Les Disques Normal.


Retrouvez Bumpkin Island sur :
FacebookTwitterBandcamp

Partager cet article avec un ami