[Live] Brigitte à l’Aéronef

Mon premier contact avec les Brigitte a eu lieu dans un village de bord de mer, en Baie de Somme, comptant à grand-peine 1000 habitants. Le concert avait eu lieu dans la salle des fêtes municipale, et pour le coup, tout le village s’était donné rendez-vous pour faire la fête avec elles : grands et petits (le premier rang n’était constitué que d’enfants), jeunes et vieux, femmes et hommes. De cette première rencontre, j’ai gardé une tendresse et une affection particulières pour les deux jeunes femmes.

Brigitte © David Tabary

Ce mardi 21 avril, à l’Aéronef de Lille, nous avons changé d’échelle, et le moins qu’on puisse dire, c’est que les Brigitte ont fait un sacré bout de chemin. Entre temps, le duo a gagné une Victoire de la Musique et sorti un deuxième album, pas tout à fait au niveau du premier avouons-le ; du moins plus inégal, avec ceci dit une poignée d’excellents titres comme l’éponyme « À Bouche Que Veux-Tu », « Embrassez-vous » ou  « Les Filles Ne Pleurent Pas ».

On dira surtout qu’on a eu l’impression que ce deuxième album était un prétexte : celui de compléter une setlist de concert forcément un peu courte quand on n’a qu’un disque à présenter. En fait, le premier LP (Et Vous Tu M’Aimes ?) se suffisait à lui-même en tant que concept album (un disque féminin et féministe où toutes les femmes dans leur diversité s’appellent Brigitte), et le show calé au millimètre par le duo en live leur aurait sans doute permis de tourner indéfiniment à travers la France, tant ces deux-là ont totalement envoûté leur public.

Mais revenons-en à ce mardi 21 avril. La configuration du public n’a que peu changé ; il y a peut-être un peu moins d’enfants, mais on en repère ici ou là dans l’assistance. Les filles sont en surnombre par rapport aux garçons, mais ils sont bien là, eux aussi. Et si la moyenne d’âge doit se situer quelque part entre 35 et 40 ans, on repère beaucoup de moins de 20 ans et de plus de 60.

Sur scène, dès 20h, on peut voir le décor des Brigitte : ambiance jungle, palmiers et fauves en plastique bien en place. Il n’y aura manifestement pas de première partie, comme c’est la tradition avec elles. C’est que nous ne sommes pas là pour un simple concert, mais pour un spectacle pensé dans ses moindres détails, millimétré, qui ne souffrirait pas la moindre perturbation provoquée par une ouverture (et entre nous, on les en remercie : stop aux premières parties imposées et pas toujours de très bon goût).

Vers 20h30, les lumières s’éteignent et les Brigitte entrent en scène dans la pénombre. Deux projecteurs s’allument et laissent découvrir Aurélie Saada et Sylvie Hoarau dans leurs désormais traditionnelles robes à paillettes noires, mais avec de nouvelles perruques blondes. Le concert débute sur « L’Échappée Belle », morceau qui ouvre aussi le deuxième album. Puis viennent « Oh Charlie Chéri » et « Le Cœur de Chewing Gum ». L’impression initiale se confirme : les morceaux du deuxième disque se mélangent parfaitement à celles du premier et fonctionnent vraiment comme un prolongement, permettant à la fois de compléter et diversifier un show bien rodé, très proche de celui de la première tournée, que l’on retrouve avec plaisir.

Tandis que l’interprétation live des Brigitte de « J’Veux Un Enfant » prend toujours aux tripes (c’est le cas de le dire), l’émotion laisse place immédiatement au très dansant « À Bouche Que Veux-Tu » dont le « Palalalala pa pa palalala » qui sert de refrain est une parfaite excuse pour faire chanter et danser l’ensemble du public.

La grosse surprise du concert, c’est peut-être la réorchestration proposée par les Brigitte sur leur reprise de « Ma Benz » de NTM. La version livrée ici est beaucoup plus sombre et laisse se mêler des claviers très présents à des percussions appuyées sur un rythme ralenti, le tout donnant à voir une autre facette des chanteuses qu’on aimerait volontiers voir plus souvent à l’avenir. C’est aussi l’occasion de remarquer qu’une des grandes forces des Brigitte, c’est d’avoir su s’entourer d’un excellent groupe de musiciens sans qui le spectacle aurait moins de saveur.

On glisse tout doucement vers la seconde moitié du concert. Le duo maîtrise parfaitement son répertoire et le spectacle ; mais régulièrement, on constate qu’Aurélie Saada est proche de perdre le fil et d’éclater de rire en adressant des regards complices au public du premier rang. Cette spontanéité est plutôt rafraîchissante. Tout comme ce moment, un peu plus tard, sur le titre « Jesus Sex Symbol », quand les Brigitte demandent au public de chanter avec elles la partie faite de « ah ah ah » et qu’une fois le morceau terminé, l’audience se remet à chanter. Là encore, on voit des artistes vraiment touchées, émues par la ferveur de la foule, jusqu’à ce que les musiciens se décident à relancer le morceau pour accompagner les spectateurs.

Il n’est pas bien tard lorsque sonne déjà l’heure du rappel et que les Brigitte reviennent pour un « Battez-Vous » festif et de toute beauté. Après avoir salué la foule avec leur groupe, Aurélie et Sylvie reviennent une seconde fois, sans micro, pour dire à la foule qu’une de leurs premières grosses émotions sur scène, c’était à Lille, où les gens ont encore été formidables ce soir ; et que, pour les remercier, elles vont essayer quelque chose de différent. La « chose » en question, c’est un « Encore Un Verre » a cappella.

L’effet est réussi, et même si on aimerait croire que c’est vraiment spécialement pour le public lillois qu’elles font ce titre, tout en sachant pertinemment qu’il n’y a pas de réelle improvisation dans un set des Brigitte, personne n’imaginerait leur reprocher cela. Nul doute qu’ils seront nombreux, ceux venus ce soir avant d’acheter, en sortant et si ce n’était pas déjà le cas, leur billet pour leur futur concert au Zenith Arena de Lille en novembre prochain.


Retrouvez Brigitte sur :
Site officielFacebookTwitterAlbum photo

Partager cet article avec un ami