[Clip] Birds On A Wire – Blessed Is The Memory

En s’attaquant à un classique de la culture musicale, Birds On A Wire ne se contente pas de livrer une pure et simple reprise ; au contraire, le duo s’approprie le matériau d’origine avec un immense respect, tout en lui donnant une apparence totalement inédite et personnelle.

Oser se confronter à Leonard Cohen relève soit du génie pur, soit de la folie. Certaines compilations nous ont d’ailleurs prouvé qu’il était compliqué de se frotter à ce grand homme disparu récemment, offrant des minutes de beauté quasi surnaturelle ou, à l’opposé, de francs et massifs loupés. Mais, quand on sait que c’est Birds On A Wire qui s’y attelle, tous les espoirs sont permis : en effet, Rosemary Standley et Dom La Nena ne font jamais rien comme tout le monde ; et c’est bien ce qui affirme, au fil des compositions, leur personnalité artistique à la fois unique et passionnante. Ici, mises en scène par Jeremiah, elles se dévouent corps et âme, avec « Blessed Is The Memory », à un pan de l’Histoire cruel et sinistre, mais en y apportant une touche de véracité et d’émotion hors du commun et terriblement émouvante.

Alternant images d’archives et plans réalisés dans des tons où ombre et lumière se conjuguent à la perfection, nos deux musiciennes se mettent dans la peau des victimes de la guerre, tout comme de ses héroïnes. Une personnification qui prend, ici, une dimension exemplaire, car respectueuse et de la chanson originelle et de la période temporelle scrupuleusement choisie. En résulte une atmosphère à la fois tendue et marquante, opposant la beauté, tant physique que visuelle, à la violence de la libération ; comment ne pas être saisi par l’alternance du noir et blanc granuleux nous montrant ces anonymes, parachutistes comme population, et d’une couleur légèrement passée et brumeuse où les visages, graves et concentrés, de Rosemary et Dom, demeurent aussi inspirés qu’habités ? L’horreur et la peur se livrent enfin au sublime, sans jamais choquer mais, au contraire, en caressant, musicalement et graphiquement, l’honneur derrière la barbarie. Un court-métrage parfait, hommage à ceux grâce à qui, artistiquement et humainement, nous sommes aujourd’hui vivants.


Retrouvez Birds On A Wire sur :
Facebook

Partager cet article avec un ami