[Clip] Bebly – ULDO

Entre la recherche d’une identité et la reconnaissance de sa personnalité première, « ULDO » de Bebly illustre une dualité humaine qui n’a pas peur de s’affirmer et de se dévoiler au grand jour. Un révélation magnifique et dont le naturel met à mal n’importe quelle idée reçue.

Peu à peu, alors que le court-métrage avance, « ULDO » se transforme en évidence. Est-ce bien un reflet que l’on voit dans le miroir ? Ou une projection schizophrène du fantasme de l’autre, de la perfection de l’être aimé ? Est-ce lui, ou nous ? Bebly ne craint jamais une mise en scène épurée et allant droit à l’essentiel ; malgré le maquillage, malgré l’embellissement et la métamorphose, les pensées et impressions du spectateurs seront franches, directes. Sous l’œil rassurant de Nicolas Demare, Arnaud Lambert tient son rôle à la perfection, dans une performance appelant l’amour à l’aide, luttant contre l’absence, le vide intime.

La progression, implacable, est bouleversante. Tentative désespérée de ne pas se laisser emporter par la dépression liée à la séparation autant qu’à la vérité, de se raccrocher quoi qu’il advienne à un semblant d’humanité, à une ressource quasiment épuisée, « ULDO » passe de la transfiguration à la tragédie, de la pureté à la crainte. La solitude, l’incompréhension, s’immiscent, violentes et sourdes à toute plainte. Il faut maintenant s’accepter, ne plus rejeter ce qui doit être. Embrasser la dualité, le paradoxe, pour ne faire qu’un. Fuir, autant que possible, les regards de mépris ou d’indifférence. Se retrouver alors que tout a basculé.


Retrouvez Bebly sur :
Site officielFacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami