[EP] Beauty Pill – Please Advise

Au creux d’une étrange symbiose musicale et vocale, cherchant ses inspirations aussi bien dans les mouvements expérimentaux que dans l’immédiateté de l’interprétation, Beauty Pill signe un EP dont les décalages, découpages et multiples bribes en font un ensemble perturbant toutes nos convictions. Pour le meilleur.

La vocation de Beauty Pill est d’exprimer la parole du XXIe siècle, comme le quintet originaire de Washington aime à l’expliquer. On comprend alors rapidement pourquoi « Please Advise » ne rentre dans aucune case, ne se définit grâce à aucun adjectif connu. Le tumulte constant, le mouvement perpétuel et rapide de nos sociétés surexposées se retrouve dans l’expressivité désespérée de musiciens s’accaparant des sonorités acoustiques pour mieux les transformer en pièces théâtrales et se rapprochant des impulsions de l’électronique. Celle qui, sous prétexte de rendre la vie plus facile, finit par la perturber au plus profond de sa signification.

Que ce soit dans les cordes imprévisibles de l’élégant et audacieux « Pardon Our Dust », dans les échos rythmiques de « Tattooed Love Boys » et « Prison Song » (dont les dissonances nous ramènent à la folie douce de groupes oubliés du XXe siècle mais ayant offert ses lettres de noblesse à l’insalubrité psychique de l’artiste obsessionnel compulsif, The Paper Chase en tête) ou au fil des arrangements solitaires et isolés de « The Damnedest Thing », le disque emballe notre cerveau dans un papier buvard imprégné d’une substance à la fois énergisante et doucereuse. La fréquence des expirations/expiations, celles qui se laissent suggérer mais n’explosent jamais, instaure une profonde et captivante sensation de malaise, de questions en suspens dont il nous faudra attendre les réponses dans de potentiels rêves sous haute dose de mélatonine. On pourrait alors passer de nombreuses heures, les yeux dans le vague, à chercher ces dernières, sans pour autant vouloir à tout prix les découvrir. C’est bien cette atmosphère entre tension et apaisement qui porte en elle l’essence de Beauty Pill, son spleen dont les lèvres écument d’une colère contenue.

Un paradoxe parfait et idéal, permettant à « Please Advise » de ne jamais se montrer répétitif ou opaque, en cinq titres spacieux et intelligents. Une petite merveille dont l’ascension en intensité lente et infinie dans nos synapses finit bel et bien par tourner à l’obsession.

« Please Advise » de Beauty Pill, disponible depuis le 8 mai 2020 chez Northern Spy Records.


Retrouvez Beauty Pill sur :
Site officielFacebookTwitterInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami