[LP] Arms and Sleepers – Swim Team

Retour du duo américain que l’on croyait à jamais disparu et qui, malgré une électro en apparence plus simpliste, continue à fouiller les échantillons sonores à la perfection.

Il y a environ deux ans, un communiqué adressé par les deux membres fondateurs d’Arms and Sleepers nous laissait orphelins : les musiciens annonçaient l’arrêt pur et simple du projet pour une durée indéterminée, après une production massive et multiple (4 albums et 10 EPs, seuls ou en collaboration, en seulement 5 ans) et plusieurs longues tournées partout dans le monde. Tristesse immense pour ceux qui les avaient découverts avec leur formidable maxi, « Bliss Was It In That Dawn To Be Alive », en 2006, et l’enrichissement sonore qui avait suivi. Oui, on ne voyait pas sa vie sans Arms and Sleepers, l’habitude de les entendre régulièrement étant devenu aussi nécessaire que la plus indispensable des drogues. On était inconsolables. Jusqu’à ce mail, il y a quelques mois, nous annonçant le retour de ces deux créateurs d’humeurs hors pair, avec un nouveau disque et une série de concerts aux États-Unis et en Europe. On retrouve alors l’impatience perdue, la fébrilité de la découverte de nouveaux titres. Et la surprise n’en est que plus grande.

Arms and Sleepers - Swim Team

« Swim Team » est inattendu, dans tous les sens du terme. On n’osait plus y croire, on avait presque pris l’habitude (aussi douloureuse soit-elle) de l’après-Arms and Sleepers ; le train-train quotidien avait repris le dessus, avec un petit quelque chose en moins, tout de même. La surprise principale vient d’un dépouillement imprévisible de la musique ici entendue, d’une importance capitale des samples vocaux et instrumentaux, découpés aux ciseaux et à la serpe : que ce soit en basculant du côté de Four Tet (Tiger Tempo, Nobody More Than You) ou des idées novatrices et malicieuses de Phantogram (Swim Team, Tetro), Max Lewis et Mirza Ramic tranchent, séparent le bon grain de l’ivraie et plongent à corps perdu dans l’échantillonnage le plus précis et incisif. Tout en conservant, au milieu du tumulte, leur inégalable sens du rythme syncopé, voire chaloupé (Unbound, Ghost Loop), ainsi que des capacités mélodiques déviant aujourd’hui vers le blues et la soul (Mingus Mapps, Forever Only).

Le duo a négocié un virage déterminant, quitte à prendre le mur de la critique en pleine figure ; mais on doit reconnaître que ces risques sont parfaitement calculés et démontrent un sens aigu de la réinvention, opposé à tout revival opportuniste et inutile. Les passages atmosphériques ne sont plus aussi évidents que précédemment mais demeurent sous-jacents dans l’ensemble du disque, grâce à des sons profonds et dissimulés ici et là. Sans eux, on croirait entendre une musique qui n’est plus celle de ses créateurs, un art différent mais nous remémorant l’époque perdue, par bribes, qui nous manquait tant.

Les mouvements sont plus aiguisés, plus intenses et saccadés ; l’équipe de natation a pris son souffle avant le grand plongeon et une compétition qui s’annonce rude. Mais là où d’autres se seraient égarés en évoluant en eaux troubles, Arms and Sleepers frôle les récifs, caresse les écueils et mène son navire malgré les tempêtes et le chant de sirènes malfaisantes. En réinterprétant leurs propres envies et talents, les compositeurs nous offrent des délices sucrés et savoureux, des breuvages gazeux et suaves qui, dans notre fébrilité, nous apportent l’énergie nécessaire pour nous relever. Aussi à vif que (untitled) sur leur premier effort, leur mélancolie sous-jacente se cache derrière des voix sculptées et contemporaines, des œuvres profondes et offrant une multitude d’interprétations différentes. « Swim Team » est une ouverture vers le sens premier de la musique électronique, vers ses périples et ses égarements, mais surtout vers son langage le plus probant. Invitant à de nombreuses découvertes autant qu’à une écoute active, l’album est une démonstration de force, une lamelle de microscope qui n’a pas fini de révéler toutes les cellules qui peuvent y être observées.

Arms and Sleepers

« Swim Team », aussi indescriptible et merveilleux soit-il, offre une facette totalement différente de ses géniteurs. Une conciliation du passé et de l’avenir, toujours en avance sur un temps précieux et qui est alors remis en question par ces 11 titres chargés de myriades lumineuses et intenses.

« Swim Team » d’Arms and Sleepers, disponible depuis le 28 octobre 2014 chez Fake Chapter Records.


Retrouvez Arms and Sleepers sur :
Site officielFacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami