Rencontre avec Andrew Belle, songwritter à la plume dorée

Andrew Belle est aujourd’hui l’une des valeurs montantes de la scène pop nord-américaine. Après un premier EP « All Those Pretty Lights », qui a caracolé en tête des charts, il est revenu sur le devant de la scène avec son premier album « The Ladder » sorti au printemps 2010 qui a vite eut, chez eux un succès semblable.
En toute simplicité, Andrew a accepté de m’accorder de son temps pour répondre à mes questions sur son parcours, son groupe, la scène, son public et ses projets.
Place à la rencontre…

crédit : Luca Venter
  • Salut Andrew, les français ne te connaissent pas encore beaucoup, je te laisse te présenter : toi et ta musique !

Je m’appelle Andrew Belle, songwriter américain du haut de mes 26 ans. Je me suis consacré à la musique après avoir été diplômé de mon université en 2006. Dans ma musique, la plupart de mes chansons sont tristes et calées sur des airs emprunts d’optimisme, des chansons à la fois intenses et douces. J’ai enregistré et sorti mon premier album « The Ladder » en 2010 et depuis sa sortie, je suis régulièrement en tournée pour le défendre sur scène.

  • Ça fait maintenant, un peu plus d’un an que ton album est sorti. Quel bilan fais-tu de ce dernier ?

J’ai toujours beaucoup de plaisir à écouter le travail réalisé sur cet album. Il a été vraiment très bien accueilli par mon public – bien mieux que je n’aurais pu l’imaginer. C’était mon premier essai et ça m’a réussi, mais maintenant j’ai vraiment hâte d’avancer et d’évoluer en tant qu’auteur compositeur sur mon futur album.

  • Ton groupe porte ton nom . Si tu devais lui donner un autre nom, qu’est-ce que tu choisirais ?

Andrew Belle and the Invisible Hand Band.

  • Comment s’est déroulé l’enregistrement de « The Ladder », ton premier album ? Peux-tu, au passage, présenter l’équipe qui a travaillé avec toi sur cet enregistrement ?

Avancer sur cet album s’est révélé être très amusant. Nous étions essentiellement trois lors de l’enregistrement ; mon producteur et ingénieur du son Thomas Doeve et mon co-producteur, Adam Agin en studio et moi-même. J’ai écris la grosse majorité des titres, j’avais déjà pas mal bossé en amont. Des amis m’ont rejoins sur cet album, je pense à Katie Herzig et Erin McCarley, qui toutes deux chantent avec moi sur cet album. Ça a aidé le rendre spécial .
Il me restera toujours plein de bons souvenirs de l’enregistrement de cet album : parce qu’on l’a réalisé entres amis, dans un sous-sol en utilisant des matelas pour obtenir une pièce insonorisé. En fait, on n’a jamais pensé que ça aurait tant de succès. Ce fut définitivement un grand moment pour tout ceux qui y ont pris part.

  • Sur scène, c’est avec un groupe formé autour de quelques uns de tes amis que tu joues tes titres. Peux-tu nous les présenter ?

Mon groupe a existé sous différentes formations, plus ou moins réduite, en fonction de l’événement. Mais, il est le plus souvent regroupé autour de trois de mes amis qui occupent à chaque fois des postes différents, en fonction des titres de l’album. Ces trois amis m’ont vraiment aidé dans l’avancement de ce projet et on permit de révéler tout le potentiel des morceaux sur scène, et je leur suis vraiment reconnaissant pour cela.

  • On peut entendre certains de tes titres dans des séries US de Greys Anatomy aux Frères Scott. Comment expliques-tu un tel succès ?

Je pense que j’ai juste été vraiment très chanceux à ce niveau . J’écris des chansons qui touchent vraiment aux émotions, et je pense que c’est pour cela qu’on les retrouve particulièrement dans des séries dramatiques pour ados – et ça me convient tout à fait, haha !

  • Sur ton single « Static Waves », tu es en duo avec Katie Herzig, peux-tu me parler de la rencontre avec cette artiste ?

J’ai écris cette chanson lors de l’enregistrement de mon album et j’ai immédiatement pensé à Katie pour m’accompagner sur ce titre. Le seul problème alors était que je n’avais jamais fait sa rencontre ! Bien-heureusement, j’ai pu rapidement me mettre en relation avec elle et elle a accepté de me rejoindre sur ce projet. On s’est rencontré pour la première fois lors de son arrivée au studio pour chanter, et nous avons fini sa partie en à peine deux heures. Et depuis ce temps, nous sommes partis en tournée ensemble et sommes de bons amis depuis.

  • Pour l’instant, tu n’as pas encore joué en France, à quand une tournée en Europe ?

J’adore l’Europe et j’adorerais venir et jouer ici très prochainement.
Mais je suis bien conscient qu’avant de jouer et de trouver mon public chez vous, il faut faire parler de moi. J’espère sincèrement que grâce à vous, à indiemusic, ma musique pourra toucher pas mal de monde en France et qu’ainsi je pourrais venir jouer pour vous bientôt !

  • De part le nombre impressionnant de festivals dans lesquels tu joues, arrives-tu à trouver du temps pour te consacrer à l’écriture de nouveaux titres durant ta tournée ? Sais-tu d’autre part quelle direction pourrais prendre ton futur enregistrement ?

Je n’écris pas quand je suis en tournée – ou plutôt je ne peux pas. Écrire me prend beaucoup de temps et m’oblige à me focaliser essentiellement sur la composition. C’est aussi pour ça que je n’écris qu’entre 10 et 12 titres chaque année. J’ai cependant commencé l’écriture de ce prochain album et ça démarre plutôt bien. Je peux déjà affirmer que mon son prendra une direction plus mature, plus alternative, mais utilisera encore et toujours la même formule – des paroles réfléchies sur des mélodies efficaces.

crédit : Reid Rolls
  • Une idée de la date de sortie de cet album ? Et s’il y a des collaborations en vue ?

A vrai dire, il est un peu tôt pour fixer une date de sortie. En tout cas, j’espère collaborer avec encore davantage d’amis sur cet album – après je ne sais pas encore qui sera de la partie !

  • Es-tu déjà venu en France ? Et que connais-tu de la France et des français ?

J’ai étudié le français durant quatre ans à l’école, mais je n’arrive plus qu’à dire quelques phrases correctement aujourd’hui ! Je sais que les français adorent la musique et sont renommés pour leur technique culinaire dans le monde entier. J’ai visité Paris pour la première fois l’hiver dernier et j’ai vraiment adoré ! C’était tellement dingue de voyager là bas durant la période d’avant-Noël. J’espère revenir chez vous prochainement – peut-être quand il fera moins froid !

  • Pour finir, parmi les chansons que tu as écris, peux-tu choisir une phrase, une expression pour nos lecteurs d’indiemusic ?

« … I would have let you leave » (extrait de Static Waves, avec Katie Herzig).

  • Merci infiniment Andrew et à bientôt en France alors !

Retrouvez Andrew Belle sur son site officiel : www.andrewbelle.com


Pour tous ceux et celles qui souhaitent lire l’interview en version originale, c’est ici et maintenant :

  • The frenchies don’t know so much about you, can you introduce yourself and your musical world?

My name is Andrew Belle. I am a 26 year old american song writer. I’ve been performing since I graduated college in 2006. I write mostly sad songs set to upbeat music – heavy mellow, if you will. I recorded and released a full length album called ‘The Ladder’ in 2010 and have been touring in support of it ever since.

  • Your first album released more than a year ago, what is your balance-sheet about it?

I am very pleased with my album. It has been received very well – better than I had ever imagined it would be. I think it is a great first effort but I am excited to build upon it and grow as a songwriter on my next album.

  • Andrew Belle is your name and the name of your band. If you have to choose another name for this project, what could he be ?

Andrew Belle and the invisible hand band.

  • How was the recording of this album « The Ladder » ? Can you introduce the people who worked with you on this album?

Making this album was very fun. it was pretty much just me, my producer/engineer Thomas Doeve, and my co-producer Adam Agin. I wrote the majority of the songs and had them pitch in on a few as well. I had many good friends perform with me, including Katie Herzig and Erin McCarley, who both sang on songs with me on this album; helping to make it really special. Making this album will always be a fond memory to me because we made it with just a few friends in a basement – using mattresses to build a vocal booth – and really never expected it to be a successful as it has been. It was truly a defining moment for everyone involved in the project.

  • You’re performing with a band of friends ? Can you tell us more about the band?

My band comes in many different shapes and forms, depending on the show, but it mainly consists of 3 friends that I met in random places shortly after the completion of this album. They have really helped me realize the songs to their fullest potential in a live performance setting and I am very grateful for that.

  • Many of your songs are used for US TV shows, how can you explain this success?

I have just been very blessed in this area with this album. I write very emotional songs that, for some reason, seem to lend themselves well to teen dramas – and I’m fine with that, haha!

  • Your single « Static Waves » is a duet with Katie Herzig, can you tell me more about the way you met her?

I wrote the song while we were recording the album and I knew immediately that I wanted Katie to sing on it with me. The only problem was that I had never met her! Thankfully I was put in contact with her and she agreed to join me on the project. We met for the first time when she arrived at the studio to sing, we finished her part in about 2 hours, and we have toured together and become good friends since that day.

  • By now, you haven’t yet performed in France. What about an European tour for the years coming?

I love Europe and would love to travel and perform there very soon. I have learned, however, that you cannot just show up and expect an audience, so hopefully you guys will help my music become known in France so I can come and perform as soon as possible!

  • You are doing a lot of festivals. Do you find some time to score during the tour? Do you have any idea about the artistic direction of your future record?

I don’t write when I tour – I just can’t do it. for me, writing takes a lot of time and focus and that’s probably why I only write 10-12 songs every few years. I’ve begun writing for my next album and it is going well so far. I think the songs can be expected to sound a little more mature, a little more alternative, but still incorporating the same formula I’ve always gone to – clever/thoughtful lyrics and memorable/interesting melodies.

  • Do you know when it will be released ? And if this will have some great collaborations?

It’s really too early to tell when it may be released and i hope to collaborate with some more friends on this one – just not sure who yet!

  • Did you already come to France ? What do you know about France and frenchies?

I studied 4 years of French language in school, but I can barely speak more than a few sentences now. I know that the French love music and are famed for the best culinary technique in all of the world. I visited Paris for the first time this past winter and i loved it! it was so fun to travel there right before Christmas. I hope to come back very soon – maybe when it is not so cold though!

  • Among the songs you’ve written, can you choose one lyric to end this interview for the readers of indiemusic?

« …I would have let you leave. »

  • Thanks a lot Andrew and hopefully you will be back in France soon!
Partager cet article avec un ami