[EP] [Exclusivité] Amoure – EP

Pour l’amour du zouk, Nicolas, Thibault et Julien, trois enfants du rock strasbourgeois, défendent, sur leur premier EP commun, cinq hymnes estivaux qui sentent bon l’huile de karité, un collier de fleur autour du cou, et nous ramènent à nos premières amours d’été sur les plages de sable fin.

Amoure - EP

Mélange d’insouciance et d’une mélancolie somme toute passagère, Amoure porte, sur son premier EP, cinq compositions toutes originales qui flirtent avec nos sentiments les plus légers et délicats.
Comment, en effet, ne pas fondre d’affection pour ces rythmiques et percussions spontanées et envoûtantes ? Comment résister à ces riffs de guitare entêtants qui invitent à la danse sur des braises encore brûlantes ? Et comment ne pas succomber au charme du chant juvénile et innocent de Nicolas Lietaert qui, comme par magie, séduit par la spontanéité de ses vers habilement déclamés ?

La pop ambrée du trio Amoure carbure à la vie et à la célébration des plus heureuses rencontres. Elle se teinte de souvenirs et d’espoirs, de rêves et de vœux, et nous convie à laisser nos corps et nos esprits se libérer. C’est définitivement le message central de « La Magie », premier hymne chaleureux d’un EP qui ne perd jamais en température ni en tempérament, quand le refrain nous y invite sans autre alternative : « Et rien ne sert de trop en faire, il te suffit de laisser faire ».
Séduits par « Tandem », ballade romantique entre Nicolas et son amoureuse Marlone et qui nous confirme que, du tandem à la tendresse, il n’y a qu’un pas, sinon qu’un tour de roue à faire, nous danserons le fougueux « Limbo » afin de défier le roi de l’indie zouk à son propre jeu et, pourquoi pas, le détrôner !

En français dans le texte, Amoure porte avec conviction, avec passion aussi, des titres qui, loin de toute intellectualisation pompeuse, nous invitent autant à l’oisiveté la plus charmante qu’à l’immortalisation de nos meilleurs instants de vie.
Ainsi, la romance à distance de « Plage », comme le songe d’un été passé, nous ramènera à ces moments précieux où à deux, on ne fait qu’un, poursuivi par « Les averses de juillet », dernière virée dans les pensées abstraites et romantiques de Nicolas, touchantes de sincérité et de précaution. Après toute l’agitation des premiers singles, Amoure nous offre un ultime havre de paix.

crédit : Mathieu Dellabe
crédit : Mathieu Dellabe

La récréation musicale des trois amis d’enfance est devenue, au fil des mois, bien plus qu’un projet parallèle. À travers ce premier enregistrement, Amoure s’offre enfin l’exutoire d’un bonheur trop contenu, exprimé au grand jour et en pleine lumière.

« EP » d’Amoure, sortie le 6 mai 2016.


Retrouvez Amoure sur :
FacebookTwitterSoundcloud

Partager cet article avec un ami