[LP] Alela Diane & Ryan Francesconi – Cold Moon

Émissaire d’un folk dépouillé et délicat, Alela Diane nous offre un disque intime et formidable, créé en duo avec le compositeur et guitariste Ryan Francesconi. Une alliance au service de l’émotion la plus tendre et délicieuse.

Alela Diane and Ryan Francesconi - Cold Moon

À l’heure ou chaque production musicale se voit surchargée d’effets et autres arrangements menant très vite à l’overdose (il suffit d’allumer sa radio pour s’en rendre compte), nombreux sont ceux qui prennent le chemin inverse, certainement par besoin de revenir à des sentiments plus directs et à une volonté croissante de raconter des histoires plutôt que de les orner d’apparats inutiles. Au milieu de ce grand retour aux racines fondamentales de l’art sonore, la chanteuse américaine Alela Diane nous invite à découvrir un disque dont la sobriété fait plaisir à entendre, mais dissimule également des choix de production qui amplifient fortement la perception que l’on peut se faire d’un album en apparence nu et calme. En s’unissant à son compatriote Ryan Francesconi, elle propose, avec « Cold Moon », une collection sensible et belle de chansons allant à l’essentiel, faisant fi d’un décorum qui gâcherait le plaisir suscité par la découverte de ce magnifique opus.

L’atmosphère qui se dégage de cette alliance s’imprègne d’un folk dans la plus pure tradition, mais se permet également quelques pérégrinations en terres inconnues. Ainsi, après l’ouverture tout en subtilité et franchise que représente « Quiet Corner » et l’urgence de « No Thought of Leaving », les larsens s’invitent pour conclure le fabuleux second titre, « Migration », introduisant les cordes délicates et imprévisibles de « The Sun Today », pour nous faire pénétrer dans un tourbillon émotionnel incomparable. Et de telles surprises, il y en a de nombreuses dans ce LP lumineux et chaud. Les cuivres entraînent sur des landes où le soleil se couche à l’horizon, nous préparant à une nuit au coin du feu (Cold Moon) ; un xylophone mène bientôt la danse (Shapeless) avant de laisser paraître une conclusion épique de plus de sept minutes, en duo (Roy et sa litanie « Goodbye, goodbye », révélatrice d’un chemin qui arrive à son terme). A travers cet album, les deux créateurs se confondent et s’allient mélodiquement, se cherchant et se trouvant dans des harmonies toujours plus obsédantes.

Au milieu de cet univers tendre et doucereux, les voix multiples d’Alela Diane épousent les contours d’œuvres sincères et pures, lisses et caressantes. On suit le mouvement d’une rivière qui épouse les anfractuosités d’un paysage verdoyant et baigné d’une rosée scintillante, en se laissant bercer par ces chœurs magiques et frôlant notre âme pour mieux la capturer. Le bouleversement qui nous est offert est alors la quintessence même d’un genre qui n’a pas dit son dernier mot ; « Cold Moon » excite autant qu’il apaise. Aussi fascinant que proche d’un disque de Mark Kozelek, dont la chanteuse semble devenir l’équivalent féminin, cet effort est un fruit défendu dans lequel on aime mordre pour en apprécier toutes les saveurs. Il est impossible de ressortir de son écoute sans se sentir littéralement transporté et métamorphosé ; à eux seuls, les deux compositeurs signent une collaboration mémorable, qui résonnera longtemps dans nos nuits les plus solitaires.

Alela Diane & Ryan Francesconi

Trouver l’originalité dans un style qui semble pourtant banal ; c’est toute la force qui émane de « Cold Moon ». On attend alors de vivre ces bouleversements sensitifs sur scène, en toute intimité.

« Cold Moon » d’Alela Diane & Ryan Francesconi est disponible depuis le 16 octobre 2015 chez Believe.


Retrouvez Alela Diane sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami