[EP] AGAPE – Nuage

Utilisant son expérience de producteur et de créateur afin de donner vie à ses propres histoires nocturnes, AGAPE délivre un premier EP sulfureux et foisonnant d’idées à la fois dansantes et poétiques.

On imagine aisément, naturellement, une scène bien connue des noctambules, mais que les premières notes de « Nuage » imposent d’elles-mêmes : les quais d’une capitale, dans les ténèbres, sous la lueur orangée de réverbères aussi solitaires que celui qui s’y fond, rentrant chez lui avant que le jour ne vienne tout gâcher. Cet homme, c’est AGAPE, créature baignée de rythmes, d’anecdotes et d’amours aussi intenses qu’éphémères. Dans la vapeur incandescente des stroboscopes, dans la chaleur de l’alcool et des corps se frôlant, il identifie des individualités, des regards, des impulsions. Tout ce qui fera la narration sous-jacente de son art, mélange d’une voix aux fumées sensuelles et d’instrumentations en perpétuel mouvement.

La précision de l’enchaînement de ces cinq pistes suggestives et évocatrices n’est pas due au hasard : d’une vision globale, on plonge droit vers l’intime, la peau, le frisson à l’état pur. « Nuage » se pare de chœurs tribaux et ancestraux, transformant la rencontre en une véritable expérience intérieure. « La foule » observe, prend quelquefois peur mais finit par se laisser happer au creux des sens et des émotions qui porteront en leur sein la sueur sous-jacente de « Sous la vague », l’ultime regard de « Nuit d’Éther » et la personnification du prédateur sensoriel « Léon », celui qui veille depuis les hauteurs d’une cité où le vice ne fera jamais sa loi. De l’amour, charnel et provocateur mais éminemment romantique et fougueux. Sans lui, rien ne serait possible.

AGAPE offre à l’auditeur la possibilité d’écrire ses propres errances grâce à la bande originale d’une délivrance, d’une raison de profiter de chaque seconde sous l’astre lunaire. C’est déjà beaucoup, en plus de nous enivrer et de nous porter au-delà de nos capacités, de notre courage, de notre volonté. Une poésie urbaine transformant l’impossible en palpable, en tangible.

crédit : Clémentine Roche

« Nuage » d’AGAPE, disponible depuis le 14 juin 2019 chez Le Label [PIAS]


Retrouvez AGAPE sur :
FacebookTwitter

Partager cet article avec un ami