[EP] Adam and the Madams – Almost

Toujours aussi soucieux de rendre au rock sa part de carrosseries déglinguées et retapées pour en faire de nouveaux véhicules psychédéliques et visibles de tous, Adam and the Madams ressort de son garage avec de nouvelles compositions rutilantes ainsi que deux reprises aussi respectueuses de leurs aînés qu’empreintes du genre incontournable et déjanté qui demeure, au fil du temps, l’imparable marque de fabrique du groupe.

L’album sortira à l’automne 2017 mais, déjà, Adam and the Madams s’offre le luxe de nous livrer « Almost », manière non détournée de nous avouer qu’ils y sont presque et que tout est possible. Et, à l’écoute de ces six pistes aussi sulfureuses que poussiéreuses et surréalistes, on est en droit d’attendre le meilleur du long-format qui s’annonce. En effet, cet EP a déjà tout d’un grand, et le trio strasbourgeois se laisse littéralement emporter par ses extases sous drogues douces, ses pensées et élans les plus délétères et ouverts d’esprit. L’opus a ainsi tout d’une transe aussi passionnée qu’abyssale, s’amusant à se faire côtoyer les charmes d’un rock mélancolique et inspiré à des sons d’un autre temps, d’une autre planète, pour un résultat qui fascine et dévaste même les esprits les plus solides.

N’ayant pas peur d’entamer les hostilités avec une reprise toute personnelle du « Heroes » de Bowie, nos laborantins du bruit et de la fureur prennent le temps d’installer une atmosphère aérienne qui finira par imploser dans les dernières minutes, libérant ainsi les produits chimiques et inflammables qui s’apprêtent à irriter nos peaux et nos chairs. Car les pulsations noise de « Cardboard Love », nonchalantes et hypertrophiées, appellent à une suite que le groupe a parfaitement comprise et assimilée, laissant jaillir des torrents de guitares et de voix électriques et nucléaires sur le puissant et sublime « Half Life », alternance de jouissances délicates et d’éruptions solaires brillantes et éblouissantes que « Spiral » et sa roulette de dentiste (ou sa scie à disque, c’est selon), couplée à des mélodies de synthés furieusement séduisantes, achève de faire traverser un mur du son d’une solidité mise à l’épreuve et dont les renforts seront inutiles. Apaisant ses humeurs sur « Meia Vida », moment souple que l’on croirait émis par une radio s’étant déclenchée sans prévenir au milieu du tumulte, Adam and the Madams termine ses pérégrinations sur une cover du Velvet Underground, « Sister Ray », longue de douze minutes et diabolique, retraçant l’histoire d’une entité intemporelle tout en faisant siens les claviers et saturations originelles pour mieux les exposer, tableaux aux couleurs à la fois sombres et éclatantes.

« Presque », donc. Mais, si cet EP n’est qu’une introduction aux événements qui vont achever l’année en compagnie d’Adam and the Madams, on est en droit de se poser la question suivante : qu’en sera-t-il une fois que tout le potentiel, déjà énorme, du projet, sera dévoilé aux regards de tous dans quelques mois ? On en attend, bien sûr, le meilleur ; tout en se consolant de ne pas pouvoir avancer les pendules grâce à ce « Almost » stimulant et ravageur, signe de temps nouveaux et bouleversés que la nature intérieure du trio promet d’être inoubliables.

« Almost » d’Adam and the Madams est disponible depuis le 19 mai 2017 chez Bloody Mary Records.


Retrouvez Adam and the Madams sur :
FacebookTwitterBandcamp

Partager cet article avec un ami