[Clip] Homa – Maybe I Forgot What We Said

Donnant à son art électronique une vision difficile à temporaliser ou inscrire dans l’espace, le nouveau clip de Homa paraît tout d’abord personnel et intime, avant de révéler sa véritable nature.

Homa Maybe I Forgot What We Said 800x415

L’exploration picturale est l’un des traits fondamentaux de la créativité de Homa, ce que celui-ci nous avait déjà prouvé avec le formidable « The Taste Of Old Times ». Mais, plus que tout, c’est l’impossibilité prégnante de savoir où se situe l’artiste sur le fil de l’histoire humaine et de l’exploration spatiale. S’amusant à effacer limites et frontières, il se présente ici tel un chevalier égaré dans un système solaire qui n’est pas le sien. Le paradoxe de « Maybe I Forgot What We Said » est percutant : comment ce héros d’une époque lointaine est-il parvenu à parcourir les siècles pour atterrir dans le nôtre, sans attache ni repère ? Une dichotomie qui prendra les traits d’un amour impossible et de la nudité de l’individu lorsque la passion faiblit, jusqu’à disparaître.

Tandis qu’une femme enlève l’armure de notre voyageur, tout prend sens : face à la certitude de savoir que la rupture est la seule solution, il est incapable de résister à cette force morale qu’il s’est infligée mais qui, en moins de trois minutes, s’avouera vaincue. Tel le Meursault de Camus, Homa essaie tant bien que mal de résister à la souffrance et à l’absence, de ne rien ressentir ; peine perdue, étoiles et spectre sensible tournoyant autour de lui afin de lui faire perdre pied. Remarquable interprétation des faux-semblants et d’une soi-disant ténacité morale post-relationnelle, l’oubli demeure impossible et fera vaciller toutes les convictions, même les plus profondes. Les apparences sont souvent trompeuses ; l’amour, non.


Retrouvez Homa sur :
FacebookTwitter

Raphael

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami