[EP] Duck Tape – How Desperate Are You ?

Un premier essai transformé haut la main pour le duo Duck Tape qui, en quatre pistes sulfureuses et dantesques, fait exploser tous les compteurs et irradier un rock à la puissance aussi destructrice qu’une lame de fond sonore imprévisible et ravageant tout sur son passage. À commencer par nos bonnes mœurs, bouleversées avant d’être jetées aux oubliettes pour ne garder que la frénésie de mouvements incontrôlés et salvateurs. Vous êtes désespérés ? Duck Tape a la solution !

Pourquoi faudrait-il réinventer le rock alors qu’il suffit d’une savante dose d’énergie folle, d’électrons libres se percutant et faisant fondre aussi bien les métaux lourds que les âmes, d’un impressionnant talent de composition et d’un grain de folie métamorphosant l’ordinaire en terrain de jeu idéal et propice à toutes les débauches ? C’est ce qu’a compris Duck Tape, ou plutôt la paire idéale formée par Danny Mc Leod et Jules Carrion, avec ce « How Desperate Are You ? » fleurant bon la sueur et la démence. Tout sauf sénile, bien entendu ; on verra plus ici une schizophrénie musicale dont la seule thérapie possible passe par des déflagrations grunge et des envolées de guitares en roue libre mais totalement maîtrisées. Ou, comment laisser la bête s’exprimer en toute liberté, les flammes nous dévorer et nous consumer pour que le Phénix renaisse de ces cendres, dans une orgie harmonique infaillible et irréprochable. Un coup de maître ; plusieurs coups, même, bien placés et qui font mouche.

Premier aveu du duo, « Nothing To Lose » expose le cahier des charges militaires et explosives qui traverseront tout l’opus : un rock progressif aux riffs assassins et subversifs. Une alternance de passages posés, préparant les hallucinations anxiogènes puis purificatrices qui transperceront nos cœurs pour mieux les faire battre, entre chant affirmé et hurlements mélodiquement imparables. « Get With It » et son riff pachydermique et abrasif fait saigner les oreilles et pulser le rythme cardiaque, joignant nos esprits ainsi libérés et nos membres endoloris par l’inaction et qui, enfin, ont ici carte blanche pour se désarticuler. « Plastic People » baigne dans une atmosphère pesante que seuls les battements mécaniques, puis en roue libre, de la batterie autorisent à un envol irraisonné ; ou plutôt un saut dans le vide, sans crainte ni réflexion. « Rich Kids », jeunesse désabusée et prête à tous les excès, fuse et devient rapidement le feu d’artifice final le plus admirable et lumineux qu’il nous ait été donné d’entendre depuis des lustres, phase finale d’un traitement par électrochocs qui, même s’il laissera des traces, met la psyché à mal pour mieux la laisser s’exprimer dans toute sa splendeur obscène et bruitiste, pour le bien de tous.

On pourra penser ce qu’on veut des duos guitare – batterie et de leur potentiel parfois à la limite du ridicule ; mais avec un disque comme « How Desperate Are You ? », c’est bel et bien du contraire qu’il s’agit, tant celui-ci a les saveurs métalliques du sang dans nos gorges et la force intrinsèque de l’adrénaline dans nos artères, conduisant à un bal où l’insalubrité se frotte au pouvoir incontestable de deux musiciens qui osent, dérangent, salissent et ravagent afin de nous laisser entrevoir, l’espace d’une quinzaine de minutes, un exutoire à la pression quotidienne ambiante. Une gifle qui rougit l’épiderme mais qui a le mérite de faire apprendre sa leçon ; un cours de rock sous tous ses angles, et qui devrait être reconnu d’utilité publique. À suivre de très près !

« How Desperate Are You ? » de Duck Tape est disponible depuis le 2 mars 2017.


Retrouvez Duck Tape sur :
FacebookTwitterBandcamp

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami