[EP] Anne Darban – Montgolfière

Attendu pendant plusieurs mois, souvent annoncé et pratiquement inespéré pour tous ceux qui s’attachaient, au fil des semaines et de longues heures, à l’univers tellement attirant d’Anne Darban, « Montgolfière » est aussi imprévisible que magnifique, détournant les codes de la pop et de la chanson française afin de rendre ces deux éléments aussi libres que l’artiste elle-même. En résultent quatre pistes intelligentes et sensibles, matures et intimes, qui nous laissent sans voix une fois découvertes.

crédit : Angélique Andrillon

Les contacts se suivent et ne se ressemblent pas. Il y a un an, l’auteur de ces lignes échangeait de premiers messages avec Anne Darban, alors que cette dernière œuvrait sur un disque tenu secret, mais qui était d’ores et déjà chargé de belles promesses. Depuis, le silence est devenu pesant, voire insupportable, jusqu’au jaillissement éclatant de « Montgolfière », opus qui nous laissait de l’expectative et nous invitait à nous poser toutes les questions possibles et imaginables sur son contenu. Qu’en est-il, maintenant que celui-ci a pris vie et son envol ? Sans aucun doute, l’un des premiers efforts les plus osés de la part d’une musicienne totalement impliquée dans ses créations, soignant chaque détail harmonique avec une constance et une concentration implacables. Mais, surtout, une collection d’odes entre romantisme et mélancolie, où le verbe se fait instrument et mantra dans nos âmes ouvertes à ses délices.

« Montgolfière » démontre l’importance des mots au sein d’une instrumentation à la fois limpide et complexe : sur un matelas musical aussi confortable que mouvant, quelque part entre pop et folk, Anne Darban dépose les lignes de ses poésies intérieures et prêtes à apparaître au grand jour, dans une confidentialité et une confiance admirables. « Descendre la lune » est une promesse, valse entêtante dans laquelle on se retrouve entraîné sans pouvoir résister, où les égarements d’un amour véritable sont malmenés mais simplement réalistes, chacun de nous virevoltant jusqu’à ce que la tête nous tourne et que nous perdions tout repère. « Histoires », montée en intensité sublime et caressante, dépasse les sphères nuageuses, les chœurs se faisant aussi touchants qu’éclairés et phosphorescents ; un pur moment de sagesse et d’ivresse, inoubliable et sensitif. « De l’eau », appel au secours et témoignage sans pudeur de la nature même de la relation et de la passion, de ces instants simples qui font les grandes relations, ouvre l’art de la compositrice à des mondes toujours plus accueillants et inédits. Variant les plaisirs sans jamais faillir, elle se livre, devant nous, en une chorégraphie mélodique aussi troublante que splendide.

« Montgoflière », testament fragile et subtil d’une créatrice ouverte d’esprit et digne de confiance, est un disque qu’il est difficile d’arrêter d’écouter, tant il est le reflet de nos propres questionnements, l’ange qui chasse nos démons avec force et conviction. Une série d’images célestes et de caractères qui sont les nôtres autant que les siens, qui nous permettent d’entrevoir la vie au-delà de l’illusion sentimentale. Une perle lisse et que l’on garde contre soi afin d’en sentir l’inépuisable énergie. Anne Darban est elle-même et domine de tout son être cet EP libérateur et bouleversant. Une véritable réussite, à découvrir sur scène le 23 mars prochain au Divan du Monde, dans le cadre de la Nuit Désinvolt.

crédit : Solveig Robbe

« Montgolfière » d’Anne Darban est disponible depuis le 18 novembre 2016.


Retrouvez Anne Darban sur :
FacebookTwitterSoundcloud

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami