[EP] C is for Noir – EP1

Bien loin des horizons ensoleillés de leur ville natale, les Niçois de C is for Noir nous ont offert en avril un premier EP crépusculaire. Alliant une voix chaude et mélancolique à des sonorités électro-pop, les premiers pas du duo azuréen s’avèrent très prometteurs.

C is for Noir - EP1

En s’attardant sur les premiers pas des groupes qui dominent aujourd’hui nos scènes, on trouve de tout : quelques bonnes surprises, des expérimentations qu’ils ont bien fait de laisser de côté, et souvent, un côté un peu brouillon, comme le dessin joliment bancal d’un enfant. Mais Chloé Deperne et Hugo Maillet, les membres du duo niçois C is for Noir, nous proposent directement une toile complexe et réfléchie. Les perspectives sont respectées, le coup de pinceau dénote d’une main tranquille, qui ne tremble pas. En effet, la pop sombre du groupe ne laisse pas de place à l’erreur ou au faux pas ; et pourtant, elle demeure humaine et habitée. On y retrouve les mélodies métalliques de The Acid mêlées à l’érotisme de The xx, et parfois même un timbre proche de Lou Doillon dans cette voix irrépréhensible et toujours élégante qui guide le navire.

Une sélection par Les Inrocks Lab, une nomination aux Nuits Carrées et une Biennale des Jeunes Créateurs d’Europe et de Méditerranée remportée, le duo de C is for Noir n’a pas chômé avant de nous offrir cette promenade nocturne. En décembre dernier sortait un premier clip, « Old June », suivi d’un disque, sobrement nommé « EP1 », en avril. Bien qu’assez homogènes, les cinq titres présents dessus proposent une palette d’émotions variées, avec une précision étonnante pour un premier essai.

« Demons » marque le point de départ d’un cheminement alambiqué à souhait, où nous invite le duo. Tout de suite, la voix est mise en avant, et à raison : elle charme par la mélancolie qui en ressort, et triomphe dans cette atmosphère quasi onirique qu’installe le synthé. La qualité de ce titre, et de ceux qui suivent, repose sur cette ambivalence entre deux parties qui s’opposent et finissent par se compléter : se trouvent d’un côté un lyrisme impressionnant, mais toujours subtil, et de l’autre, une atmosphère ténébreuse, plus froide. C is for Noir mélange tout, et cela reste limpide.

D’abord lente et hypnotique, nous finissons bien par sentir dans cette ballade en pleine nuit un désir ardent de sortir des sentiers battus. Cette pulsion se concrétise avec les deux chansons finales. « Ramblings » nous éloigne de l’hébétude dans laquelle nous nous étions volontiers plongés. Un beat plus prononcé, un refrain qui se répète, plus pop et catchy : le soleil ne se lève peut-être pas, mais C is For Noir nous fait presque danser à la lumière de la lune.

L’EP se termine déjà avec « Minuit », chanson nommée avec brio puisqu’elle nous emmène au cœur de la nuit, là où nous pouvons nous abandonner complètement à un rythme en crescendo, puis carrément électro. Le duo prouve là son éclectisme et son impressionnante capacité à maîtriser aussi bien les balades saturniennes que les titres plus houleux.

C is for Noir

C is for Noir entre dans la danse sans passer par la case départ : leur EP1 est une réussite qui ne présage que du bon.

« EP1 » de C is for Noir est disponible depuis le 8 avril 2016.


Retrouvez C is for Noir sur :
FacebookBandcampSoundcloud

Adepte des concerts qui font transpirer et des disques travaillés

Partager cet article avec un ami