[EP] 3 minutes sur mer – Catapulte

Prémisse d’un futur album, « Catapulte » de 3 minutes sur mer émeut autant qu’il trouble, à mesure des écoutes, porté par un fascinant et redoutable single éponyme.

3 minutes sur mer - Catapulte

Quelle est donc cette sensation étrange ? Pourquoi ressent-on un tel frisson à l’écoute d’un morceau ? Nous nous sommes tous, un jour, immobilisés sur un morceau, une voix, un refrain, un air, parfois pour presque rien, pour d’infimes raisons, sans même comprendre pourquoi. Étions-nous là à le contempler, à l’apprécier dans son plus simple esprit, ou bien cherchions-nous alors à donner un sens plus profond, plus intime à cette rencontre ? Il n’y a parfois rien à faire, car l’attraction est bien trop présente, bien trop forte pour s’en défaire.
Nous passons des minutes, des heures pourtant, encore, à refaire la même action, à perpétuer cette boucle infinie ; comme si, au bout des interminables écoutes, dans ces actes inachevés et désespérés, une solution imprévue à cette épineuse et obsédante question allait en découler. « Catapulte », fruit défendu de la rencontre entre Guilhem Valayé et Louis-Jean Cormier, tient de l’inexplicable, sinon de l’inextricable. Quatre minutes qui frissonnent et interrogent la psyché humaine, les sentiments, le choix des mots et des rythmes. De la paralysie à la passion, de la crispation à la fascination, « Catapulte » de 3 minutes sur mer a l’effet de ces titres caractéristiques qui émeuvent et questionnent par leur étrange complexité nourrie d’évidence, qui nous travaillent par leur tension immédiate et qui emportent finalement tout sur leur passage. Si la catapulte a un effet destructeur sur les remparts, les mots élancés du duo Valayé – Cormier sont des plus poignants et des plus vrais, et portent haut et fort, vers d’autres latitudes, la passion et la (dé)raison de défendre en 2016 la beauté de la langue française.

« Catapulte » en viendrait presque à éclipser le reste de l’enregistrement, pourtant superbe d’émois complexes : du récit troublant et torturé de « Cage », pénétré d’espoir et de rage, à la complicité harmonique admirablement dramatique entre Guilhem Valayé et Zazie sur « Ce n’est pas nous qui sommes mauvais ». Nous retrouverons l’émotion tiraillée et la force singulière du premier album, « Des espoirs de singes », à l’instar du fracassant « Porcelaine », sur « Pour partir », titre fort d’une narration passionnante et palpitante, lyrique et puissante. Conclusion admirable d’un EP singulier et éprouvé.

« Catapulte » de 3 minutes sur mer est disponible depuis le 10 mars 2016 chez H.Y.P.


Retrouvez 3 minutes sur mer sur :
Site officielFacebookTwitter

rédacteur en chef curieux et passionné par les musiques actuelles et éclectiques

Partager cet article avec un ami