Menu

[LP] Bonfire Nights – Entopica Phenomica

S’amusant à détourner les codes du rock et du psyché, Bonfire Nights signe un disque sur lequel souffle un vent de liberté aussi chaud qu’une vapeur volcanique, qui nous encercle et nous fait transpirer pour mieux nous enserrer et nous couper le souffle. Le silence et les déflagrations s’enchaînent sans temps mort sur un disque parfaitement maîtrisé et totalement à contre-courant de la scène musicale anglo-saxonne actuelle ; lourd défi, mais relevé sans hésitation ni erreur, pour quarante minutes de jouissance électrique et organique.

Rarement, le cap du premier album aura été passé avec une telle assurance et une ambition aussi modérée que démesurée ; car il faut bien avouer que les Britanniques de Bonfire Nights n’ont pas choisi la facilité pour enfanter ce tremblant et brûlant « Entopica Phenomica », phénomène atmosphérique où les vents les plus violents côtoient des instants paisibles et contemplatifs, au sein d’un climat en perpétuel mouvement. Alliant au rock le plus dantesque des passages nettement plus sensibles, comme pour renforcer les déflagrations sonores lorsque celles-ci retentissent à travers guitares et claviers, le quatuor londonien étale les couleurs de ses futures peintures avant de les dessiner tantôt à la truelle, tantôt avec la soie la plus fine et délicate. Le résultat est fascinant, immersif et urgent, pour un plaisir d’écoute et de voyage intemporel hors du commun.

De la sensualité ténébreuse de l’introductif « Easy Touch », entrée en matière retenue avant de laisser le masque tomber et voir apparaître le visage rassurant autant que torturé de l’entité Bonfire Nights, aux élans incontrôlés de « Ego Death » et son final dantesque, le groupe transcende le rock psychédélique en n’employant que l’essence du genre pour y injecter un supplément d’âme et d’impulsivité mélodique rendant l’ensemble aussi abordable que palpitant. « Mesmer Isles » est un voyage dans des cieux mouvementés mais du haut duquel on regarde les éléments se déchaîner sous nos yeux, spectateurs hypnotisés par le déroulement d’événements tempétueux et viscéraux. Respirant sur la première partie de « Low » (qui s’achèvera dans une fougue urgente et salvatrice) ou « Signal Failure », nos musiciens évitent les clichés pour ne conserver que l’essentiel ; à savoir, un son empreint d’un courant continu qui transperce les membres et fait paraître la frénésie dans des décharges de guitares et de batterie profondes et diffuses, achevant de capturer les sens et les neurones afin de les motiver et de les libérer de leurs chaînes. Une exultation dans la sueur autant qu’une invitation aux plaisirs de paradis artificiels sonores aussi beaux que mystiques.

Grâce à « Phenomica Entopica », Bonfire Nights parvient avec maestria et intelligence à ne pas s’enfermer dans le carcan trop réducteur du rock psyché, en l’emmenant beaucoup plus loin que ses frontières le lui permettent dans la majorité des circonstances. Entre voix possédées, six cordes en roue libre et riffs aussi bruitistes qu’harmoniquement phénoménaux et possédés, le projet nous offre un premier effort fédérateur et onirique, unissant en un seul et même opus rêves et cauchemars, et dont on ne sort pas indemne. Mais dans lequel on ressent ce besoin inévitable de retourner au milieu de ces terres brumeuses et arides, pour une errance en solitaire afin de se trouver face-à-face avec soi-même et de livrer un combat sans pitié pour laisser ressortir nos propres personnalités. Un album qui a tout du guide spirituel et nous éprouve pour mieux nous débarrasser de nos idées et pensées les plus malsaines ; une voie toute tracée vers une vérité musicale et humaine de tous les instants, qui soigne autant qu’elle frappe. Thérapeutique et bouleversant.

crédit : Ruth Nitkiewicz

« Entopica Phenomica » de Bonfire Nights est disponible depuis le 21 octobre 2016 chez Holy Beatnik Records.

Retrouvez Bonfire Nights sur :
Site officielFacebookTwitterBandcamp