Menu

Lucky Lindy, un billet d’embarquement pour la folk

Parfois certains groupes vous font partir loin, très loin à travers leur sonorités empruntes de voyages. Lucky Lindy en est un sacré exemple, et le fait avec originalité, en nous faisant partager les trépidantes aventures – aériennes si on se réfère au titre de leur album « The Greatest Aviators » – de quatre musiciens multi-instrumentistes originaires de la région parisienne.

Je vous les présente, Loïc, chanteur maniant aussi bien le banjo, l’accordéon, le kalimba et le ukulélé, Thomas, guitariste-chanteur trompettiste adepte du toy piano, Léo, violoniste contrebassiste et Benoit, batteur-guitariste. Surprenant quatuor qui, entre ses huit mains, a de quoi monter tout un orchestre !

Il n’est donc pas étonnant de retrouver dans ce premier album, treize titres qu’on pourrait penser issus d’une compilation d’artistes variés plutôt que d’un seul et même groupe. Et ce n’est pas pour nous déplaire !

Il ressort de l’album des quatre parisiens, une folk profonde et généreuse sur l’excellent « Sweet Hurts » (disponible au passage sur le volume 2 de This Is Select) et parfois intimiste comme sur « Old Sam ».

Leur univers n’est pas pour autant enraciné dans la folk, « Mission », morceau le plus dansant de l’album nous démontre que Lucky Lindy maitrise également avec brio les codes de la pop.

Et les influences du rock se ressentent sur de nombreux morceaux comme sur le refrain de « Get Out Of The Shadow ».

On pourra même noter les influences de la musique celtique sur « Sea Song » qui se révèle en parfaite illustration du voyage auquel le groupe nous invite. Dépaysement garanti !

Il serait donc vraiment dommage de passer à côté d’un album si remarquable par la variété de ses instrumentations navigants entre la folk alternative de Devendra Banhart, l’indie rock d’Archive et la pop des Sunday Drivers.

Lucky Lindy est un groupe à suivre, talentueux et généreux sur scène, qui ne va certainement pas révolutionner le monde de l’aviation, mais qui vient apporter sa pierre à l’édifice bâti au fil des années par les artisans de la folk.

Et l’aventure de Lucky Lindy ne s’arrête pas là, elle continue sur leur site officiel : www.luckylindyband.com

, ,

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire