[LP] Samba De La Muerte – Colors

Quatre ans auront été nécessaires à Adrien et ses compères pour faire mûrir le projet Samba De La Muerte. Un album à la saveur particulière, puisqu’il est le premier du groupe. Véritable kaléidoscope sonore, « Colors » nous emmène sur les côtes caennaises où résonne une musique qui jongle entre sonorités touchantes et dansantes, toujours portée par l’énergie inépuisable du groupe.

Samba De La Muerte - Colors

Ce cher Adrien Leprêtre n’en est pas à sa première galette : tantôt surfant avec son compère Superpoze sur la vague électronique de Kuage, tantôt déchaînant les foules sur la pop africanisée de Concrete Knives. Agissant en bon musicien hyperactif, il nous emmène cette fois-ci sur le premier long format de son projet Samba De La Muerte. Avec « Colors », véritable ode aux terres de l’artiste, nous prenons un aller simple pour rejoindre le sable et les embruns des plages de Normandie. Le délicieux « L’Aber » fait notamment un beau clin d’œil à la plage et au fort du lieu-dit, chers à la bande. Sur un opus de dix titres, à paraître le 18 mars prochain, Samba De La Muerte nous emmène dans un voyage entre folk, indie pop, afrobeat et musique électronique ; autant de couleurs musicales qui justifient son titre. Le tout est sublimé par la voix planante et stratosphérique d’Adrien.
Des couleurs, il en faut beaucoup pour Samba De La Muerte, afin de nous peindre un univers aérien : des mélodies planantes, une voix aventureuse tantôt suave, tantôt criante, qui tirent cet album vers les sommets.

Si on s’attarde sur la feuille de route que nous dessinent nos quatre compères, le processus semble suivre une certaine logique. On entame les hostilités colorées par un élément : « Le Vent ». Ce titre témoigne d’une vraie légèreté, avec des sons ambients qui nous plongent dans une bulle musicale. Celle-ci nous transporte progressivement, avec une nonchalance qui rappelle les rythmes lents façon The XX.
Dans un second souffle, le deuxième titre éponyme nous permet d’entrer dans le vif du sujet. Adrien nous fait le plaisir de renouer avec la langue de Molière sur ce morceau, son timbre de voix surfant merveilleusement bien sur les mélodies de ses acolytes.
Le très panaché « You’ll Never Know When I Lie », aux rythmes festifs puisés dans l’influence des musiques d’Afrique et porté par des voix haletantes, constitue une véritable invitation à danser qui semble évoluer au fil du son.

Cet album aux multiples facettes, nourri de textes en anglais, mais aussi en français, nous invite à la vadrouille sonore : des débuts technoïdes de « Love Song » aux tons de voix rock’n’roll de « The Beat », on s’égare du côté du port de Tanger et de ses cris de mouettes sur le titre du même nom.
Sur l’affichage de notre baladeur, on lira des « Le vent in Colors », « L’Aber in Color », « The Beat in Colors », « Tanger in Colors » ou encore « Love song in Colors » ; ce qui, avec ce disque aux multiples teintes, est tout sauf anodin.

Pensés comme une véritable histoire, les dix morceaux qui composent l’album sont autant de perles à la fois abruptes et douces, mélancoliques et furieuses. Reste alors l’impatience, aussi, de retrouver Samba De La Muerte sur scène, et de partager avec eux leur indie pop, afrobeat et musique électronique ; autant de couleurs qui justifient le titre de leur disque.

crédit : Ben Pi
crédit : Ben Pi

À noter d’ailleurs que Samba De La Muerte sera en tournée dans toute la France après la sortie de « Colors ». Avis à nos Angevins : le groupe viendra enflammer la guinguette Le Héron Carré le 3 juin prochain.

« Colors » de Samba De La Muerte, sortie le 18 mars 2016 chez Yotanka.


Retrouvez Samba De La Muerte sur :
Site officielFacebookTwitterBandcamp

Partager cet article avec un ami