[LP] Rubin Steiner – Vive l’électricité de la pensée humaine

Le prophète de la musique Rubin Steiner est de retour en solo, peu de temps après la naissance de son nouveau groupe de rock baptisé DRAME, avec un album 100% électronique ! Un déluge synthétique où se joignent dans la déviance techno et house, ainsi qu’une myriade de couleurs atypiques, afin de faire advenir un groove électrique hors du temps.

Rubin Steiner - Vive l'électricité de la pensée humaine

Longtemps affilié à la french touch dont il est un authentique soldat, Frédérick Landier aka Rubin Steiner, s’est toujours défendu d’appartenir à une école spécifique, cherchant à se détacher de toutes les limites imaginables. Adepte d’une électro libre, si ce n’est d’une musique libre, Steiner est surtout un pur électron libre. Il a depuis longtemps quitté le giron des majors et balade ses platines où bon lui semble. Bref, il ne fait rien comme tout le monde. Récemment, avec son album « Discipline In Anarchy » (2014), il s’était montré capable de réaliser des lives à des rendez-vous tous publics comme le Printemps de Bourges ou à des festivals plus expérimentaux comme le Sonic Protest. Même lorsqu’il est programmateur du festival Duos Éphémères au Musée du Louvre en 2014, son esprit est déjà accaparé par d’autres projets, que ce soit des articles pour The Drone ou Gonzaï, la production du premier album de DRAME ou les conférences qu’il donne sur Charlemagne Palestine et Sun Ra.

Aussi libre que l’air, Steiner nous revient aujourd’hui en grande forme et s’accapare de nouveaux pans de l’histoire de la musique. Avec sa pochette en forme de manifeste pour une avant-garde artistique du XXe siècle et son titre poétique : « Vive l’électricité de la pensée humaine », l’artiste inaugure une nouvelle direction dans sa fourmillante discographie. Gardant cette volonté d’expérimenter, il nous emmène cette fois dans l’espace, flirtant avec les planètes du système solaire au rythme de ses compositions. À la lisière d’univers comme ceux de James Holden (pour les aspects freak de sa techno), Africaine 808 (pour les sonorités héritées des musiques du monde) ou Four Tet (pour son goût des compositions synthétiques), Rubin Steiner s’intègre parfaitement à cette lignée de producteurs qui redonnent de l’audace au dancefloor.

Début du voyage à travers les étoiles à bord de « Spaceship VS Asteroid Belt », courte mélodie aux allures chiptune qui laisse ensuite place aux envolées vintage mid-tempo de « Light Wave ». Jusque là, rien de réellement affriolant même si l’originalité des compositions et leur esthétique rare nous dressent déjà un sourire en coin. C’est véritablement à partir de « Pink Wave » qu’il se passe quelque chose, avec ces contours rappelant la techno de Détroit. On bifurque ensuite vers la synth-pop baléarique d’ « Uranus Samba » et sur les circonvolutions tropicales de la techno de « Carnival on Mercury ». On retrouvera les enchevêtrements de la pop sur « Mars Murderer », avant de se laisser emporter dans les boucles extatiques aux accents disco de « Black Wave ». Steiner s’élance enfin vers des contrées plus éthérées, grâce à « Solar Eruption Around Venus » mais surtout « Back To Earth », un voyage rétro-symphonique où les sonorités électroniques s’enlacent, pour une dernière ligne droite presque liturgique.

Rubin Steiner

Atterrissage obligatoire, la playlist n’ira pas plus loin. En treize titres, Rubin Steiner nous a offert de voguer en sa compagnie, que dis-je, de planer avec lui à travers notre cher système solaire, devenu beaucoup moins angoissant depuis qu’il a redonné des couleurs à ce noir profond. Mais n’allons pas par quatre chemins, l’œuvre de Steiner partagera les opinions, c’est certain ! Mais une musique qui fait consensus ne caresse-t-elle justement pas l’auditeur dans le sens du poil, afin de lui éviter toute déconvenue et de ce fait, une quelconque surprise ? « Vive l’électricité de la pensée humaine » refuse de céder à la facilité, mais n’en perd pour autant pas le moins du monde cette ineffable joie, qui traverse chaque morceau, dans une sorte de grande messe électronique où les genres se croisent et se mélangent sans concession. Un bain de sonorités orgiaques, où les esprits pourront s’enivrer jusqu’à étancher leur soif d’arabesques cosmiques !

« Vive l’électricité de la pensée humaine » de Rubin Steiner, sortie le 28 octobre 2016 chez Platinum Records.


Retrouvez Rubin Steiner sur :
FacebookTwitterLabel

Partager cet article avec un ami