[LP] Goz of Kermeur – Greatest Hits

Face à l’embellie supposée du renouveau (industriel) du vinyle, les activistes du label Jelodanti défendent avec une énergie créatrice rare la poursuite de l’utopie (punk ?) Do It Yourself. Culturellement, le travail effectué sur la discographie du groupe suisse mythique Goz of Kermeur raconte autant la justesse d’une intention patrimoniale passionnée et parallèle que celle d’une aventure musicale unique, saisissante et prenante. Retour sur l’un des groupes indépendants les plus singuliers des fameuses années 1990.

Volontairement brouillonne et insaisissable, la musique de Goz of Kermeur ne peut s’appréhender, même encore aujourd’hui, comme un seul objet d’études et d’archéologie de la musique alternative. Foncièrement vivante et brûlante, elle possède toujours cette urgence de l’instant et nous impose un respect ébloui et subjugué, pour répondre sensiblement à une créativité hors-norme, portée par le don de soi et une liberté aussi furieuse que décisive. Cette compilation s’ouvre intelligemment sur le tribal « Love Me Tender », qui alterne maîtrise climatique et décharge cathartique, rencontre improbable, pour nos oreilles d’aujourd’hui, entre Naomi Suzuki de Can, Tom Waits pour le chant, en compagnie de June Of 44 et Einstürzende Neubauten pour la musique. Loin de n’être encore fois identifiée que comme une réponse européenne à l’invasion hardcore et noise de l’époque en provenance des États-Unis, la singularité de Goz of Kermeur semble avoir toujours affirmé une irrévérence, un décalage, un refus de la norme et des étiquettes.

Puisant dans les profondeurs des cultures métissées, contradictoires et complémentaires de la vieille Europe, Goz of Kermeur n’avait pas son pareil pour mettre en sons un cabaret de l’étrange et de la folie. Contrairement à certains de ses contemporains américains – comme Neurosis – ou japonais – comme Zeni Geva -, Goz of Kermeur ne cherchait pas sa vérité dans la recherche d’une puissance totale et guerrière, mais bien plus dans la quête d’intentions expressives saisissantes et d’expérimentations sonores bruitistes quasi-alchimiques. En somme, le trio était finalement parfois bien plus proche du théâtre dramatique et, ainsi, très éloigné du Grand-Guignol metal ou de la rigueur brutale du punk hardcore. Toute la force de cette union complice et atypique, organisée autour d’Andrea Valvini à la batterie, d’Yves Charmillot à la guitare et d’Adrien Kessler à la contrebasse et au chant, résidait dans son étonnante capacité à réveiller d’incroyables pulsions instinctives et primitives et à les catalyser dans un seul et même élan créatif (« Boat »).

Jamais aussi à l’aise que dans le détournement stylistique et le télescopage esthétique, Goz of Kermeur malaxait, sans ménagement ni retenue, l’émotion du blues et le militantisme du free jazz, le pouvoir évocateur du noise et la fronde du punk. Le combo n’avait pas son pareil pour illustrer la décadence de nos sociétés post-industrielles, en déclinant tous les aspects sordides de cette matière perverse inhumaine, libérale et productiviste. Bien sûr, pour les nostalgiques des scènes alternatives européennes des « nineties » -notamment françaises -, c’est une nouvelle pièce du puzzle qui se révèle à travers ce travail compilatoire autour de Goz of Kermeur et complète les souvenirs émus des défunts Portobello Bones, Belly Button et Bästard, entre autres.

Alors que l’Intelligentsia n’en finit plus de célébrer l’apport décisif et pourtant involontaire de Slint et de son « Spiderland », cette compilation rappelle ô combien Goz of Kermeur a marqué, de son empreinte, la musique indépendante contemporaine et annonçait, avec beaucoup de fraîcheur et d’insolence, les hybridations actuelles des scènes post-rock, metal, noise et fusion, mais avec un esprit que peut-être seuls perpétuent, près de chez nous, des vétérans comme les Grenoblois d’Owun ou les intenses Heliogabale.

« Greatests Hits » de Goz of Kermeur est disponible depuis le 25 octobre 2017 chez Jelodanti Records / Et Mon Cul c’est du Tofu ? / Degelite.


Retrouvez Goz of Kermeur sur :
Site officielFacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami