[LP] General Elektriks – To Be A Stranger

Cinq ans après « Parker Street », General Elektriks nous régale à nouveau de ses fabuleux mélanges dont lui seul a le secret. Entre électro, pop, funk, jazz et soul, Hervé Salters concentre le meilleur de chaque genre dans « To Be A Stranger ».

General Elektriks - To Be A Stranger

Ce qui fait le génie de General Elektriks, c’est son univers riche et multigenre : l’électro mis au service de la soul, le funk au service de la pop, le classique au service de l’électro.
Ce fatras d’ambiances est souligné par l’intervention d’instruments divers : cuivres, cordes, percussions viennent soutenir une rythmique étonnante, des riffs entêtants, une mélodie forte en émotion et un très expressif clavier. Pour « To Be A Stranger », Hervé Salters a su réutiliser ces ingrédients déjà présents auparavant, mais les incorpore dans une recette plus précise, efficace, mais aussi plus souple et, de ce fait, plus vivante.

Pour se mettre en jambe, comptons sur la batterie à la rythmique dansante, surprenante et presque affolante de « A Misunderstanding » avant que les notes de clavier sur « Angle Boogie » viennent nous dessiner un large sourire. Impossible de résister aux touches vintages d’Hervé.
La suite ? « Whisper To Me » enchaîne avec un électro funk entremêlé de passages soul qui fait l’effet d’une montagne russe à nos sens et à nos émotions. Cette ascension se termine par un solo vertigineux avec « Migration Feathers », une composition subtile qui mélange là encore funk et soul avec brio.

« To Be A Stranger » va ensuite plus loin dans l’innovation et dans les cocktails (d)étonnants. On se surprend à noter des inspirations de classique, de chanson française voire de rap dans « The Man Who Unraveled », « Magnets » et « Built By the People ». Les chœurs qui nous avaient fait adorer « Raid the Radio » font d’ailleurs un retour remarqué sur cette dernière piste. General Elektriks nous réserve alors son nouveau tube : « Bouncin’ Off the Wall », un indescriptible et savant mélange de saveurs et de couleurs qui porte tout en douceur une chanson intense.
Après l’OVNI d’une minute « It’s What You Took », nous repartons de plus belle sur la piste de danse. D’abord énergiquement avec le refrain ultra pop de « New Day Breaking », puis sur un slow au groove sournois avec « You Really Let Me Down ». Apothéose raffinée et lounge de l’album, « Waltz #2 » fait venir les chœurs et tout l’orchestre classique sur une composition délicate.

General Elektriks

Complexe et intelligent, « To Be A Stranger » nous étonne par son style inqualifiable et encore moins inclassable.
Chaque chanson est un astucieux bric-à-brac. Une jungle où les instruments se font écho et rebondissent d’idée en idée ou, au contraire, nous prennent à contre-pied. Presque vivant, l’orchestre d’Hervé Salters suit le lead d’un clavier fou aux sonorités généreusement vintages.

« To Be A Stranger » de General Elektricks, sortie le 29 janvier 2016 chez Wagram.


Retrouvez General Elektriks sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami