[Live] Deportivo à la Cigale

Les Franciliens de Deportivo se sont arrêtés le 6 février à la Cigale pour donner un concert qui aura largement su conquérir la foule. Une prestation rock très enthousiasmante, pendant une heure et demie, sans véritable temps mort.

crédit : Djamel Boucly
crédit : Djamel Boucly

La salle était plutôt vide à l’heure annoncée sur les billets, et pourtant, celle-ci s’est remplie pendant la première partie. Au demeurant, le groupe qui assurait l’ouverture de la soirée, Son Of, n’était pas des plus intéressants, jouant de bonnes mélodies, mais la voix nasillarde de son chanteur était presque noyée sous les instruments. Une belle énergie, mais des morceaux très répétitifs, qui auront eu du mal à mettre le public en condition par rapport à ce qui allait suivre.

crédit : Djamel Boucly
crédit : Djamel Boucly

Le rideau rouge de la Cigale se referme, signe que ceux que le public attend vont bientôt arriver. L’impatience monte parmi la foule. Enfin, à 21h, le rideau se rouvre. Le trio constitutif du groupe est accompagné de Cédric Le Roux – dont l’anniversaire sera souhaité par toute la salle – à la guitare, et de Vincent David, qui alterne entre guitare et clavier.

Entrée en matière sur « Domino », titre phare du dernier album. Le ton est donné, chaque première note des titres qui suivent déclenche les cris et mouvements d’une foule très en forme. Les titres se prêtent très bien à l’exercice live. Les musiciens se donnent à fond, et sont remerciés par le public qui fait souvent des incursions sur scène avant de se jeter dans la fosse. Au chant, Jérôme Coudanne y joue d’ailleurs plusieurs morceaux, en communion avec son public.

crédit : Djamel Boucly
crédit : Djamel Boucly

S’il y a peu de changements entre la version studio des titres et la performance live, c’est bien l’énergie qui est de mise ce soir à la Cigale. La voix du chanteur ne se dérobe pas et contribue à la force globale de chacun des titres. On le retrouve d’ailleurs seul après le rappel pour nous livrer un très beau guitare-voix sur « Pistolet à Eau ». Autre moment inattendu : la reprise de « Be My Baby » des Ronettes à laquelle le public participe autant que pour les titres du groupe.

Le public se déchaîne sur les titres des deux premiers albums, très nombreux dans la setlist, notamment sur l’enchainement « La salade » / »Parmi eux », ou encore sur « Les bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement ». La fin du concert avec « Sur le moment » offrira une belle clôture à une parenthèse purement rock où Cédric Le Roux et Vincent David finiront dans le public lancés par leur chanteur.

crédit : Djamel Boucly
crédit : Djamel Boucly

Deportivo en live se place définitivement parmi les grands groupes de rock français, capables de retourner une salle et de faire crier le public sur des chansons devenues des tubes. Une performance énorme, à ne pas louper pour les fans du genre !


Retrouvez Deportivo sur :
Site officiel Facebook

Partager cet article avec un ami