[EP] Azur – Azur EP

Jeune producteur d’électronique rétro et dance, à mi-chemin entre les années 90 et notre époque, le jeune Azur dévoile un premier EP éponyme chez Bon Temps Records ! Vêtu de sa chemise hawaïenne et de claviers pop-house, l’artiste nous convie à un bain de soleil sur les plages scintillantes de son imaginaire, avant de finir dans les méandres d’une musique de club sous tension.

Azur - Azur EP

Batteur autodidacte et multi-instrumentiste pour divers groupes comme Okay Monday, Wet Decision ou Fonzie, Antoine Pouilly démarre son projet solo avec trois titres et un remix, disons-le clairement, sans fausse note. Paru sur le label du magazine lifestyle Bon Temps (qui donna vie à l’intéressant « Spectrum » de Frau Silberfischer il y a quelques mois), ce premier EP inaugure un cruel dilemme qui semble pourtant ne pas freiner l’artiste : la jonction de ses passions pour la pop et la musique de club.

Aucun problème, nous baignons dans la braindance et les cocktails azuréens dès l’ouverture baptisée « Pointe à Pitre », gavée de riffs synthétiques vibrants et clinquants et jonchée, çà et là, de percussions exotiques. « Solarium » est déjà d’un tout autre acabit avec son kick technoïde, ses nappes tropicales et ses beats métronomiques mid-tempo. Une ambiance vespérale se déploie peu à peu sur le dancefloor d’Azur. « Scaramanga » s’enfonce encore un peu plus dans cette voie, en invitant l’esprit du clubbeur à errer le temps d’une mélodie, sous un déluge de lasers et de corps en extase dans la pénombre. C’est, du moins, ce que nous nous imaginons très facilement, lorsque nous nous laissons porter par les échos lancinants et nappes coulantes de ces machines.

Le producteur Dersee s’empare du premier titre pour le remixer et le transformer en créature acid house inquiétante et rêveuse, bombardant les corps de BPM sous une nuit qui bat son plein. Et alors que, de temps à autre, des fragments du morceau d’Azur réapparaissent, ils sont très vite engouffrés dans les flots synthétiques de la nouvelle instrumentation. Le spleen rétro-futuriste conceptualisé par Dersee s’agence comme un amusant contrepied sonore à la production d’Azur, sans pourtant autant se déconnecter totalement de la base artistique du projet.

crédit : Manar Fegrouch
crédit : Manar Fegrouch

Si nous devions résumer ce qu’il ressort de l’écoute de ce premier projet solo, nous dirions que, le temps d’un court EP, les choses sont bien faites et agréablement produites, s’alignent avec efficacité et installent l’auditeur dans d’agréables dispositions pour les prochaines soirées estivales qu’il réalisera en compagnie de ses amis. Festif et toujours adroit pour chiller, sans pour autant se perdre dans la facilité, Azur nous assure de son intense amour pour la pop bien faite et les nuits fébriles, habitées par les pulsations enivrantes de la house. Nous attendons maintenant la suite !

« Azur EP » d’Azur, sortie le 17 juin 2016 chez Bon Temps Records.


Retrouvez Azur sur :
FacebookTwitterSoundcloud

Partager cet article avec un ami