[Platine #6] Annabel Lee

Une cohérence certaine se manifeste, entre l’écoute du premier long format du groupe bruxellois Annabel Lee, “Let The Kid Go”, sorti en ce début d’année et la lecture de ces confessions discographiques composant ce nouveau numéro de Platine pour indiemusic. En effet, le désormais trio se projette volontairement et de manière totalement assumée dans une certaine idée du rock indépendant, développée dans les fameuses “Nineties” et poursuivie au début des années 2000. Pour simplifier, Annabel Lee s’affirme dans une veine power pop énergique et directe, basée sur le développement d’une masse sonore collective extrêmement compacte, puissante et en même temps, largement axée sur la mélodie. Si à travers le chant d’Audrey, des noms aussi marquants que Veruca Salt ou encore les Breeders viennent très vite à l’esprit, certains titres évoquent aussi par moments la facette la plus pop de Sonic Youth ou encore la fraîcheur de la très active Courtney Barnett. En tout cas, à l’image des révélations d’Audrey sur un de ses modèles d’inspirations adolescents, la fameuse Brody Dalle, l’histoire du rock se nourrit invariablement de cette envie de faire comme ses idoles, pour mieux ensuite prendre son envol et tracer son propre chemin. Chemin qui passera dans quelques jours pour Annabel Lee par le festival Crossroads, et la diffusion d’une session inédite et très attendue de cette belle promesse du rock indé européen.

crédit : Mat Gol

Weezer – Weezer (Blue Album)

C’est un des meilleurs album rock des années 90, il n’a pas pris une ride aujourd’hui et il nous influence tous, tout simplement. En termes de son, c’est ce qu’on voulait faire sur notre dernier album « Let The Kid Go », et finalement on en est encore très loin… mais le son est incroyable, c’est à la fois pop et à la fois un peu sale.


The Distillers – Coral Fang

Audrey (chanteuse et guitariste) : C’est le groupe qui m’a fait acheter ma première guitare. On se filmait avec nos webcams avec ma pote Méry pour faire des covers des Distillers. C’est elle qui m’a vraiment donné envie de faire de la musique et j’écoute encore aujourd’hui, ça a un peu vieilli, mais ça a toujours une énergie de dingue. Grosse idole de jeunesse !
Vankou (bassiste) : C’était la première chanteuse punk que j’ai entendue, avec un timbre de voix méga identifiable qui a influencé beaucoup de chanteuses par la suite, je pense.


Nada Surf – The Proximity Effects

Hugo (batteur) : Petite anecdote : quand j’étais petit, le grand frère d’un pote à moi écoutait de la musique et c’était toujours super. Puis j’ai enfin capté que c’était Nada Surf, cet album-là, et ça m’a rendu fou ! Pendant des années je l’ai oublié et, au début de mon adolescence, je suis retombé dessus, deuxième révélation ! Ça fait aussi des années que j’essaie de les voir et la date est sans cesse repoussée, je pense que je ne les verrai jamais. On a voulu, tout comme avec Weezer, se rapprocher du son de cet album pour enregistrer le nôtre.
Audrey et Vankou : Nous, on connaissait moins, mais on se l’est fait il y a quelques années et on est tous tombés d’accord comme quoi c’était trop bien.


Girl Band – The Talkies

C’est simple, c’est le live qui nous a mis notre plus grosse branlée dernièrement, du moins à l’époque où il y avait encore des concerts… Il y a un truc sexuel, malsain, ça pue le sexe et c’était incroyable.


Karen O – Crush Songs

Audrey : Ça a été un album de chevet pendant très longtemps, c’est son minimalisme qui m’a touchée. Typiquement, les petites chansons à trois accords, c’est tout ce que j’aime et il y avait énormément de souffles dans l’album. C’est lui qui m’a donné envie de faire mon album solo “Little Sad and Not So Sad Songs », toutes ces petites chansons qui ressemblent à des maquettes. On a repris le morceau « You Never Came » qui était dessus sur notre dernier album. On est aussi tous super fan des Yeah Yeah Yeahs.


« Let The Kid Go » d’Annabel Lee est disponible depuis le 20 mars 2020 chez Luik Music.

Rendez-vous le mardi  8 septembre à 21h35 pour une petite leçon pratique de power pop mélodique décomplexée, made in Belgium, par Annabel Lee dans le cadre des sessions du Crossroads Festival. C’est à vivre en streaming sur nos réseaux sociaux et bien sûr ceux du festival.


Retrouvez Annabel Lee sur :
WikipédiaFacebookInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami