[Live] Paris Psych Fest 2016, jour 1

La grande kermesse du rock psyché, alias le Paris International Festival of Psychedelic Music (ou Paris Psych Fest pour faire plus simple), s’est déroulée dans le cadre champêtre de la Ferme du Buisson les 18 et 19 juin dernier. Récit d’une fête légèrement troublée par un temps capricieux et des groupes en manque d’inspiration, et ce malgré une programmation alléchante (Jacco Gardner, Temples ou encore Psychic Ills, pour ne citer qu’eux). 

Temples - crédit : Raw Journey
Temples – crédit : Raw Journey

Samedi 18 juin, le chemin est long, trop long jusqu’à Noisiel, petite ville de Seine-et-Marne où se déroulait la troisième édition du Paris International Festival of Psychedelic Music, et c’est pourquoi nous ratons Heimat, groupe d’« heretic wave », formé par Olivier (Cheveu) et Armelle (The Dreams) et programmé en ouverture du festival. Alors que nous vagabondons, menacés par la pluie, à travers les allées d’un festival parfaitement aménagé pour l’occasion : la scène extérieure jouxte un jardin où les différents stands se suivent et accueillent une armée de hispters, toujours plus nombreux, dont une partie se dirige vers le cinéma improvisé, repère caché – parfait pour tripper – où est projeté « Magic Lantern Circle » de Kenneth Anger. Bref, tout semble parfait, l’organisation du festival a tout donné et nous n’avons plus qu’à prier pour que le soleil pointe son nez.

crédit : Raw Journey
crédit : Raw Journey

Il est 17h30 et les roadies de la scène « Auvent » s’activent pour Pauw. Le groupe hollandais fan des sixties, parti défendre son dernier album sorti en février. Sous leur style de rockeur texan, chapeau à l’appui, ils balancent leurs jolies mélodies sous le regard attentif de Temples, à deux doigts de porter plainte pour plagiat. Mais on ne leur en veut pas, les quatre Néerlandais  restent des maîtres en matière d’effet et assure le strict minimum pour nous faire kiffer. Laborieux mais ambitieux, ce premier concert en extérieur n’aura pas permis de chasser le spleen d’un  mois de juin à jeter.

crédit : Raw Journey
crédit : Raw Journey

Vous l’aurez compris, le festival a du mal à se lancer mais c’était sans compter Cannery Terror, ce jeune groupe aux origines multiples (ils sont Basques et Parisiens mais respirent l’air californien). Menées par la douce et jolie Clara Capagli, les nouvelles terreurs du rock garage prennent d’assaut la scène « Caravanserail » et explosent les limites du genre à travers un rock zouk et sauvage façon Growlers et des incantations à la Patti Smith, le tout noyé dans un light show couleur rouge sang à faire pleurer les plus fragiles.

crédit : Raw Journey
crédit : Raw Journey

Le ton est donné, le Paris Psych Fest a véritablement commencé et nous repartons, la tête dans les nuages, en attente – tadam –  des Psychic Ills, la plus grosse déception de la décennie. Pris dans son piège de rockeur torturé, le chanteur n’est autre que le genre de type qui, clope au bec et bouteille à la main, méprise son public en lui accordant un sinistre regard agrémenté d’un déprimant « Thank you ». Les New-Yorkais ne semblent clairement  pas faits pour le live et sont loin de procurer les frissons de leurs albums studio. Point.

crédit : Raw Journey
crédit : Raw Journey

Frustrés, nous regagnons la « Caravanserail » pour Nova Materia, l’inconnu au bataillon. Malheureusement pour nous (et un peu pour eux) nous quittons rapidement la salle, agressés par une orgie de samples en tout genre qui usent les tympans et bousillent les neurones. Nous misons alors nos derniers espoirs sur Temples, le groupe de Kettering qui nous avait à peu près tous conquis avec « Sun Structures », son premier et unique album. Sans surprise et sous les dernières lueurs du jour, les belles gueules d’Outre Manche nous livrent un set à leur image, fait pour rêver, dans la magie d’une pop orchestrale impeccablement maîtrisée. Gâtés, nous goûtons aux nouvelles compositions du quatuor anglais qui n’ont pas l’air de plaire à tout le monde. Mais nous les remercierons d’avoir sauvé cette première journée.

crédit : Raw Journey
crédit : Raw Journey

Retrouvez le Paris International Festival of Psychedelic Music sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami