[Live] Feu! Chatterton et Bon Voyage Organisation au Temps Machine

Récit d’une soirée exceptionnelle au Temps Machine, jeudi 4 février, placée sous le signe du disco oriental et du rock, en français dans le texte. Feu! Chatterton et Bon Voyage Organisation : deux groupes parisiens qui apportent un plus considérable à leurs excellents morceaux sur scène.

Feu! Chatterton © Vincent Simon
Feu! Chatterton – crédit : Vincent Simon

Les prémices du concert ont de quoi faire peur aux moins initiés à l’univers de Bon Voyage Organisation. Les sept musiciens, signés sur Disque Pointu (NDLR : le label de La Femme), débutent leur set par une intro solennelle à la flûte, aux sonorités évasives. Dès la première minute survient une déflagration disco irrésistible qui ne finira plus. Guitare funk, voix modifiées, synthés et batterie calibrés dans une ambiance orientale d’antan constituent les ingrédients de leur recette, inédite dans la pop française.

« Schengen V » est choisi pour démarrer ce voyage où l’on ne s’ennuie pas une seconde. La chanteuse, élégante dans ses habits rouges, captive la foule de ses râles vocodés à côté de musiciens arborant un look urbain semblable aux Londoniens de Jungle. Des mots en mandarin et en français inintelligibles sont envoyés le long des morceaux. Fin du set de moins d’une heure sur le tube « Love Soup », qui aura le droit à une version beaucoup plus nerveuse que sur disque. Aucune interruption ni de conversation avec le public dans ce live haletant. Mais celui-ci communique très bien par lui-même ses « bonnes ondes ».

On s’attendait évidemment à une énième claque de la part de Feu! Chatterton au jeu scénique fascinant et à l’interprétation démesurée des textes par son chanteur. Ça n’a pas raté. Le déroulement du concert commence par suivre le même cheminement que celui du premier album « Ici Le Jour (a tout enseveli) ». Sous des applaudissements nourris, le quintet parisien réalise un départ en trombe avec « Ophélie » puis « Fou à lier ». Au deuxième morceau, Arthur Teboul, chanteur au look dandy, sut déjà à grosses gouttes avec toute l’énergie déjà donnée.

Sa diction est parfaite, l’homme est possédé par chaque émotion décrite dans ses textes et le jeu de ses musiciens. Tantôt il hurle, tantôt il adopte un ton plus posé pour devenir plus volubile. Ses gestes sont impressionnants, charismatiques, épileptiques ; il utilise l’espace scénique comme jamais. C’est ce qui marque le plus dans la progression scénique de Feu! Chatterton : une aisance développée par de nombreux concerts et un contact face aux grandes scènes ces derniers mois. Et Arthur aime toujours autant glisser entre chaque morceau des mots impertinents qui font réagir.

Autour de la scène sont positionnés des tubes lumineux et un gigantesque rideau donnant de l’ampleur aux moments de tension (sur le refrain de « La Mort dans la Pinède » et l’omniprésence du rouge par exemple). « Côte Concorde » est toujours aussi déchirant et bouleversant. « Bic Médium » et ses quinze minutes progressives relèvent toujours autant de la performance. Mais c’est « Boeing » qui reste le morceau le plus plébiscité par le public avec « La Malinche ». Avec deux rappels, Feu! Chatterton a encore subjugué son public !


Retrouvez Bon Voyage Organisation sur :
Site officielFacebookTwitter

Retrouvez Feu! Chatterton sur :
FacebookTwitter