[LP] Daughters – You Won’t Get What You Want

Quatrième objet bruitiste de Daughters et nouvelle plongée dans l’obscurité totale d’une musique qui fait froid dans le dos. Mais qui demeure par-dessus tout cathartique et addictive.

Daughters, au fil de sa carrière, ne cesse de faire trembler, de rebuter, de fasciner. Ni expérimental, ni rock, ni metal, ni dark, le groupe américain (Providence, Rhode Island ; ne demandons pas si Lovecraft aurait son mot à dire dans le cas présent…) explore ce qui se fait de plus dérangeant, extrême et ultime en gravant ses opus dans les neurones fatigués de nos cerveaux électrisés. Une décharge qui fait mal, qui démange, qui irrite. Une histoire de la dérive mentale, de la folie pure, de la schizophrénie. « You Won’t Get What You Want » ; fais gaffe à ce que tu veux, tu pourrais bien finir par l’avoir.

Le disque est une affirmation aux allures de coup d’état. Les mécaniques imparables et industrielles de « Long Road, No Turns » et « The Reason They Hate Me » fonctionnent grâce à l’huile noire d’un verbe et d’harmonies aux dissonances pulsatives, possédées. Continuellement au bord de la salubrité psychique, Daughters fusionne avec ses traumas et ses métaux en fusion ; « The Flammable Man » et « The Lords Song » brûlent nos chairs paralysées, avant que « Less Sex » ne tombe en dépression nerveuse, abandonnant tout espoir de conjonction physique. « Guest House » invite les esprits frappeurs à traumatiser les invités que nous sommes, soumis à l’emprise d’une expérience sensorielle et éprouvante. Apothéose de cette cérémonie mortifère, la seconde partie de « Ocean Song » est d’une frénésie rare, déracinant le peu de lucidité qui nous restait et faisant bouger nos membres en mouvements incontrôlables et saccadés.

« You Won’t Get What You Want » est une œuvre unique que chacun se doit d’écouter. Ne serait-ce que pour ressentir, grâce à lui, du soulagement ou des nausées. C’est selon.

crédit : Reid Haithcock

« You Won’t Get What You Want » de Daughters est disponible depuis le 26 octobre 2018 chez Ipecac Recordings.


Retrouvez Daughters sur :
FacebookTwitter

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami