[LP] [Exclusivité] Trainfantome – Mature Immature

Pour son premier album, Olivier Le Tohic alias Trainfantome réunit tous ses potes musiciens pour transformer un essai composé en solo dans sa chambre en un passionnant exercice de rock alternatif collectif. Le résultat est puissant, solide et d’une grande spontanéité. Pari réussi !

N’y allons pas par quatre chemins, Olivier Le Tohic est un petit génie ou un petit malin. En donnant au DIY une dimension DIWYF (comprenez Do It With Your Friends), Trainfantome réunit derrière lui pas moins de quinze potes, pour rejouer les partitions de sa bedroom pop alternative teintée de shoegaze à la Jesu et de rock nerveux à la sauce Pixies. Composé initialement comme un hommage aux albums qu’il écoutait plus jeune allant de Smashing Pumpkins à Deftones, de Nine Inch Nails à Nirvana, « Mature Immature » se veut presque maladroitement inclassable si on cherche à entrer dans le détail, sans pour autant être bordélique comme sa chambre d’ado.

Enregistré en juin 2017 et août 2018, pendant la pause à durée interminée de son band Woodrow et ses périodes de chômage, « Mature Immature » doit d’abord être considéré comme une célébration de l’amitié dans le rock, dans toute sa simplicité, dans toute son insouciance. Le grand garçon a tout de même réuni pour enregistrer cet album « live » dans son local de répète neuf batteurs différents, cinq bassistes et un pote aux claviers. Derrière les fûts, on trouve notamment Laurent Day sur le très fou « Terror 404 », Samuel Rolland (Baston, The Missing Season, Bantam Lyons) sur le sombre et intense « Sad Dance » ou encore Clovis Le Pivert (The Slow Sliders) sur l’urgent/hurlant « One Trick Pony ».

Difficile alors de faire l’impasse sur un name dropping en règle pour parler de cet album comptant dans ses crédits et dans ses rangs serrés une grande partie de la scène rock alternative du Grand Ouest avec également Benoit Guchet de Classe Mannequin, Maëlan Carquet et Loïc le Cam de Bantam Lyons, Antoine Biotteau de The Same Old Band ou encore Bertrand James de Totorro. Le résultat en est changeant, libre mais toujours joué avec une grande intensité qui lui donne tout son charme. On retiendra au bout de nos écoutes additionnées une humeur générale : celle d’un rock vibrant à la mélancolie éternelle, qui reste éperdument attaché à ses amours adolescents pour ne pas grandir trop vite. Et pour avoir vu le groupe sur scène en quatuor au Bras de Fer, on vous recommande vivement de ne pas manquer le prochain passage de Trainfantome près de chez vous !

crédit : Fred Lombard

« Mature Immature » de Trainfantome, sortie le 22 novembre 2018 chez Influenza Records.


Retrouvez Trainfantome sur :
FacebookSoundcloud

rédacteur en chef curieux et passionné par les musiques actuelles et éclectiques

Partager cet article avec un ami