[Clip] [Exclusivité] Anne Darban – Plutôt me rendre

Pour signer son retour deux ans après le magnifique « Montgolfière », Anne Darban s’est entourée d’artiste dévoués à sa cause et approfondissant son écriture et ses mélodies. Ce que prouve « Plutôt me rendre », spectacle intime de la solitude et d’une vie qui recommence, malgré la rupture.

Le décor est sobre, presque aseptisé. Les couleurs, pastels, se mêlent rarement ; comme si chaque teinte se devait de représenter une émotion, de même que le constat amer et mélancolique de la séparation. Au milieu de quelques objets épars, alors qu’un disque tourne et donne la temporalité d’une action en suspens, Anne Darban lit, nous regarde, fixe le vide et essaie d’occuper le lieu grâce à sa personne, à son importance capitale dans la compréhension de « Plutôt me rendre ». Ou comment réparer l’être endolori par le départ, la cassure ayant éloigné deux entités complémentaires.

« Plutôt me rendre » est un choix, certes désabusé et inégal, mais demandant autant de courage que de volonté. Dans ces ouvrages qui s’accumulent, dans la solennité d’un vinyle qui ne cesse de compter les heures, dans les cadres offrant une unique vue vers l’extérieur, dans le fascinant découpage visuel et empli de détails opéré par Célia Garnier, dans la présence furtive, sur des pochettes de 33 tours, de créateurs éternels, chaque plan a son importance. Une scène de théâtre au centre de laquelle Anne Darban, actrice de son destin, paraît attendre notre réconfort, notre aide ; tandis que, dans ses yeux, tout est dit et nous attire.


Retrouvez Anne Darban sur :
FacebookTwitter

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami