[LP] The Rebels of Tijuana – Asile

Incursion dans une pop psychédélique transportée grâce à un verbe francophone d’une douce poésie, « Asile » amène The Rebels of Tijuana sur des terrains certes risqués, mais dont la conjugaison est d’une vénéneuse beauté.

Il y a, dans « Asile », une déclaration d’amour non feinte, suggérée par les mélodies aquatiques de The Rebels of Tijuana. Ça et là, entre les guitares et les rythmes, on découvre un détail en apparence insignifiant, mais sur lequel tout le propos repose et dont la présence est indispensable. Un prénom, une sonorité de marimba ; l’illusion se mue en réalité, en couleurs chatoyantes et en danses hypnotiques. L’éclat qui ressort de l’écoute de ce nouvel album est multiple et se dissout en nous comme les paillettes d’un aphrodisiaque inconnu.

On distingue les non-dits, les phrases rimées de la réserve qui, grâce à la musique, seront immédiatement décorées d’arrangements subtils et envoûtants (le saxophone de « Et le blizzard s’estompe »). « Asile », une terre d’accueil, un refuge ; celui-là même qui, intérieur, bouleverse les sentiments éprouvés pour « Lydie S », introduction sobre et déclinée en quelques accords avant que la fête ne commence réellement. La pop de « Celui qui danse » se retient, observe ses semblables puis se lance. Le rock élancé de « Dans les vagues sous ma peau » met le lyrisme sur orbite, enflammant l’essence créatrice de ses compositeurs. Et que dire de la reprise-hommage du « Quand j’étais chanteur » de Michel Delpech, que l’on s’imagine accompagner l’artiste dans ses ultimes moments, grâce à un respect immense et mélancolique, au fil d’une interprétation éprouvée de l’intérieur ?

Il faudrait des heures entières pour parler d’« Asile », de ses circonvolutions harmoniques à la frémissante magie, de ses mouvements chaloupés et sensuels. Un disque magnifique, humain et séducteur, qui pourrait dire à lui seul les maux que l’on refoule afin de mieux les exorciser.

crédit : Ilyas Siouda

« Asile » de The Rebels of Tijuana, sortie le 5 octobre 2018 chez Le Pop Club Records / Echo Orange / Bigwax Distribution.


Retrouvez The Rebels of Tijuana sur :
Site officielFacebookTwitter

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami