[Entourage #33] Marius Lauber (Roosevelt)

Après avoir connu le sacre de la sphère indie avec son premier album en 2016, Roosevelt revient, fidèle à ses premières aventures, à ses premières sensations, avec le passionnant « Young Romance », évoluant avec grâce sur le fil d’une mélancolie salvatrice. Il y est question d’amour, d’un laisser-aller qui tel un laissez-passer nous ouvre plus grandes encore les portes d’une pop chaleureuse et sensible au groove irrésistible. Plutôt que de proposer à son alter ego, Marius Lauber, de nous raconter l’histoire de son nouvel album, nous l’avons invité à se raconter à travers ceux qu’il a côtoyés de près ces dernières années ; compagnons de studio, invités honorables et amis de longue date. Entrevue avec l’un des plus brillants esprits de la synth-pop actuelle.

crédit : David J East

COMA

Marius et Georg forment COMA, un duo de Cologne avec qui j’ai partagé un studio pendant plusieurs années quand j’ai démarré Roosevelt. Leur approche de la production a vraiment façonné les débuts de ma carrière et ils m’ont aidé à trouver ma signature musicale. Ça a toujours été génial de les avoir dans les parages pour un premier feed-back et un peu de compagnie dans le studio. Marius est maintenant mon ingé son sur la tournée donc nous nous voyons tout le temps.

Marius and Georg from COMA are a 2-piece band from Cologne that I shared a studio with for a few years when I started Roosevelt. Their approach to producing really shaped the start of my career and they helped me to find my own sound. It was always great having them around to have a first feedback and some companion in the studio. Marius is now my sound engineer when we tour live so we still see each other all the time. 


Giant Rooks

Ces gars viennent du même coin que moi en Allemagne, et je suis vraiment fan d’eux. Je les ai juste croisés rapidement sur quelques festivals, mais je suis un grand fan de ce qu’ils font. J’ai fait mes débuts dans des projets indie rock quand j’étais plus jeune, donc ça me rappelle beaucoup cette époque quand je les vois.

These guys are from a similar area in Germany, and I’m a big fan of them. I only met them briefly at a few festivals but I’m a big fan of what they are doing. I started in indie-rock bands when I was younger so I’m reminded of that time a lot when I see them. 


Washed Out

Je suis vraiment fier d’avoir Ernest alias Washed Out sur mon nouvel album, qui chante sur le titre « Forgive ». C’est ma première collaboration avec un vocaliste et ça fait vraiment quelque chose de spécial d’avoir quelqu’un qui m’a autant influencé au fil des années. Je me souviens lui avoir envoyé cet email vraiment improvisé – en lui demandant s’il serait partant pour faire la voix sur ce morceau – et il a finalement écrit et enregistré la voix quelques jours après.

I’m really happy to have Ernest aka Washed Out on my new record, singing on the song ‘Forgive’. It’s my first collaboration with a vocalist and it feels very special to have someone that influenced me for so many years. It started as this really random e-mail that I sent him – just asking if he would be into doing vocals for it – and he wrote and recorded the vocal in a few days afterwards.


BLVTH

Je suis très fan de ce producteur montant de Berlin – j’ai, en fait, produit un single pour son précédent groupe en 2010, et je suis donc en contact avec lui depuis pas mal de temps maintenant. C’est bon de le retrouver avec son propre projet, à composer un son qui lui est propre.

I’m a big fan of this up-and-coming producer from Berlin – I actually produced a single for his old band in 2010, so I’m in touch with him for a long time now. It was great to see him doing his own thing and to establish his own sound. 


Keshavara

Keshav était mon voisin de studio quand j’ai réalisé mon premier album – il a énormément de projets différents, mais vient juste de sortir une nouvelle musique sous son propre nom, Keshavara. Il mélange des influences qui lui viennent de ses racines indiennes avec des sons de synthés nostalgiques, et les résultats sont incroyables. Il a également lancé un nouveau projet rap, Lil Walter, qui j’aime aussi beaucoup – un rap étrange aux voix très aiguës comme recouvertes par un écho spatial.

Keshav was my studio neighbour when I did my first record – he has a lot of different projects but just released new music as his main moniker ‘Keshavara’. He mixes influences of his Indian roots with nostalgic synth sounds and the results are awesome. He also has a new rap project called ‘Lil Walter’ which I really like – weird high-pitched rap vocals covered in space echo.


On avait quitté Roosevelt deux ans plus tôt avec une collection de tubes et un album de chevet qui n’en finissait plus depuis d’accompagner la moindre de nos déambulations nocturnes comme matinales. Avec « Young Romance », tel un amour d’été retrouvé, le chanteur et musicien colonais réussit là où bien d’autres ont échoué en produisant une œuvre qui ne déconcerte pas à la première écoute. Si la nouvelle réalisation s’impose sensiblement dans la même esthétique que son éponyme aîné, elle importe avec elle suffisamment de fraîcheur, d’audace et de modernité dans son jeu pour faire ressentir un certain changement dans la continuité. Toujours aussi adroit et affûté dans son art immédiat de la composition, le producteur allemand avance en pleine confiance sur ce nouvel album qui emprunte autant au groove du funk qu’à une pop électronique intemporelle. Space traveller de la pop moderne, Marius Lauber donne surtout beaucoup d’amour à travers les douze travaux de « Young Romance », qui matérialisent et concrétisent autant l’ambition que la persévérance de son auteur.
Et s’il fallait vraiment en choisir quelques uns, retenez bien les suivants : le sensuel « Under The Sun », le foudroyant/désarmant « Yr Love », le vibrant « Losing Touch », sans oublier le langoureux « Shadows »…

« Young Romance » de Roosevelt, sortie le 28 septembre 2018 chez Greco-Roman / City Slang.


Retrouvez Roosevelt sur :
Site officielFacebookTwitter

rédacteur en chef curieux et passionné par les musiques actuelles et éclectiques

Partager cet article avec un ami