[Entourage #30] Flavien Légland (Jim Ballon)

À Tours, la scène indé ne se tourne pas les pouces. On peut même dire qu’elle se bouge à l’instar de Jim Ballon, trio rock émérite, adepte des ballades sauvages comme des envolées pop. C’est son chanteur, bassiste et guitariste, Flavien Légland, à un mois de la sortie de son premier album « Drying Stuff on Woodfire » (Another Record / Ideal Crash) dont nous reparlerons en temps et en heure, qui nous fait le plaisir de présenter ses amis. Entre profonde affection et admiration, la bromance musicale commence ici…

Selen Peacock

Une bande de potes un peu similaire à la nôtre, pleine de projets qui enjambent sans complexes beaucoup de styles, et qui fabrique notamment dans ce groupe un très beau pont entre le jazz et la pop. Selen Peacock nous livre une musique surprenante et, à l’image des musiciens qui en font partie, raffinée et sensible. Je les ai vus plusieurs fois en concert et j’en ressors toujours plus frais, plus léger qu’à mon arrivée. Ils m’emmènent sur un petit nuage. On a eu le plaisir de souvent les côtoyer, au Zorba à Paris où ils nous ont fait jouer plusieurs fois, à Tours où on partage le même label (Another Record) ou dans des festivals de jazz où l’on se croise à travers d’autres formations. J’espère que ça va continuer comme ça pour eux et qu’ils vont pouvoir dispenser leurs douces mélopées à un public toujours plus nombreux, ça fait vraiment du bien.


Rank-O

Voilà un tout nouveau groupe qui réunit trois de mes guitaristes préférés de la scène tourangelle, pour moi c’est la grosse claque musicale, j’adore la constante recherche sonore de chacun de ces musiciens, le choix de la guitare, de l’ampli, et comment ils assoient ça avec classe sur une batterie et une boîte à rythmes hyper épurées. Ils tapent vraiment au bon endroit, pile entre les références et les bases d’un rock qui font se sentir bien à la maison et des idées surprenantes, toujours pleines de bon goût. Ils ont enregistré leur premier album avec Baptiste Mésange (Le Pavé), un très bon ami et notre ingénieur son aussi. J’ai eu le plaisir d’en entendre quelques extraits et je suis bien pressé qu’il sorte et de pouvoir aller les écouter en concerts dans des salles dignes de ce nom.


Yacht Club

C’est un des groupes les plus créatifs que je connais de la scène actuelle française, un vrai parc d’attractions pour tous les fanas de bidouilles et amateurs de mélanges sonores. Les voir et les écouter c’est se balader dans l’espace-temps à bord d’un vaisseau hyper looké, qui ne laisse rien au hasard et te sauve de la peur du vide en te berçant avec l’envoûtante voix de Yuri qui sort en stéréo de haut-parleurs derniers cri. Ils font partie du collectif Capsul que j’avais aussi vraiment envie de présenter dans cet article : il est constitué d’une bonne dizaine de groupes ayant chacun leur identité forte et qui s’unissent pour organiser des événements culturels intéressants dans la région de Tours, proposer de la musique originale, allant du free jazz à la pop expé, dans des contextes où elle n’est que trop peu souvent offerte, à un public qui n’a pas l’habitude de se déplacer à des concerts, dans les centres socioculturels, les milieux ruraux, une prison… Je pense notamment à une organisation singulièrement chouette qui offre pendant deux journées de l’été à qui le souhaite une balade en bateau sur des îles de la Loire rythmée de concerts acoustiques sauvages. Les Yacht Club sont hyper productifs et sortent beaucoup de choses intéressantes, mais j’ai choisi de vous faire découvrir le clip et le morceau qui me touche le plus dans leur discographie, « I.C ».


Moto Raide

Je voudrais pouvoir avoir un projecteur comme dans Batman, mais à l’effigie de Moto Raide, et je le braquerais droit sur les nuages dès que mon envie de gros rock et de transe pointe le bout de ses pneus : alors Moto Raide arriverait à fond les ballons, déraperait jusqu’au fond de la salle et sauverait mon âme de son trop-plein d’énergie à coup d’énormes riffs répétés et savamment orchestrés. On danserait tous jusqu’au bout de la nuit encouragés par les chants sensuels, dégueulasses et absurdes, transcendés par leurs deux énormes sons organiques ; et dégueulasses aussi. J’aime tout chez Moto Raide, Colin c’est un peu un scientifique déluré du son de guitare et un membre actif de Capital Taboulé, qui est une des assos qui organisent les meilleures soirées rennaises (attention aux 24h du Taboulé le 14 septembre !). Et Axel, c’est un de mes musiciens préférés, et un de mes amis les plus proches. Je rêve secrètement de pouvoir jouer un jour du Moto Raide avec eux. Ils sont tellement rock que pour l’instant ils n’ont aucun clip digne de ce nom, alors voilà, un peu à leur image, un bout d’un de leur concerts, filmé à l’arrache, bien crade et transpirant. Ils ont aussi un CD sur Bandcamp, et en vrai j’ai bien hâte d’avoir un peu plus de choses à voir et à écouter d’eux.


Tonstartssbandht

Bon je l’avoue, Tonstartssbandht ce ne sont pas vraiment des amis, ni des connaissances, mais on s’est quand même déjà croisés au festival des Rockomotives. En 2017, j’avais fait l’aller-retour entre deux répétitions juste pour eux. C’est une des découvertes musicales qui m’a le plus touché ces dernières années. Ces deux frères originaires de Californie m’ont eu en plein cœur. Il se dégage de leur musique et de leurs clips une atmosphère vraiment chaleureuse, humble et créative. J’encourage quiconque à aller chiner sur YouTube quelques-unes de leurs vidéos, qui vont du très beau clip fait maison au super live, sur scène ou à l’arrache dans un train, et de se laisser porter par les mélodies qu’ils harmonisent de leurs voix célestes et les structures progressives et surprenantes de leurs morceaux, dont ils multiplient les versions, tant en acoustique qu’a capella ou en formule électrique. Ils ont sorti un nouvel album l’année dernière, « Sorcerer », mais je regrette un peu qu’ils jouent et produisent moins de choses dernièrement. C’est qu’Andy est guitariste avec Mac DeMarco sur ses tournées, ça doit prendre un certain temps !


Prémices à ce premier album, Jim Ballon libère sa fougue contagieuse sur le haletant « Cold » dans le cadre d’une « Automn Session ». Tournée en pleine nuit dans une grange (on devine les bottes de foin dans la pénombre), la session réunit les trois compères en cercle, se faisant face pour porter à l’unisson leurs voix fraternelles dans le froid. Une épopée passionnée de six minutes et un avant-goût déjà savoureux du disque promis dans un court mois.

Et puisque vous risquez d’en redemander, on vous offre également un autre court extrait de l’album à venir avec « Wagon », cette fois-ci capturé au grand air.


Retrouvez Jim Ballon sur :
Facebook

rédacteur en chef curieux et passionné par les musiques actuelles et éclectiques

Partager cet article avec un ami