[Clip] Novo Amor – Birthplace

À l’heure où le monde et ses dirigeants semblent enfin comprendre les enjeux de la pollution marine, Novo Amor use de la poésie pour marquer, de son empreinte, l’urgence qui nous menace, jour après jour. Une épopée aussi belle qu’inquiétante, mais qui ne laissera personne indifférent.

Novo Amor Birthplace

Tout commence par le calme des profondeurs. La nature jouit de ses droits, uniquement interrompue dans ses actes par la présence d’un plongeur apnéiste qui, calmement, contemple et joue avec les habitants du monde du silence. L’océan est beau, notre terre nourricière et les eaux qui la recouvre auront rarement été aussi captivantes. Le contact entre l’humain et l’animal se fait naturellement, bercé par la musique tout en douceur et intensité de Novo Amor. Puis, il suffit d’un objet (un sac en plastique) pour que le court-métrage, parfaitement mis en scène par Sil van der Woerd et Jorik Dozy, se métamorphose en une peur viscérale. Car ce que chacun de nous craint se voit, ici, matérialisé sous la forme terrible d’une baleine constituée des déchets que nous déversons sans penser aux conséquences de nos rejets. D’émouvant, le clip devient frappant, les pictogrammes défilant au rythme des marées et catalysant toutes les attentions.

Le paradoxe de « Birthplace » réside dans l’impact du film et le calme de sa bande sonore. Les mouvements harmoniques et vocaux de Novo Amor épousent l’onirisme devenu cauchemar, faisant encore plus l’effet d’un vibrant électrochoc. On n’oubliera jamais ce monstre marin, cette créature mutante qui engloutira Michael Board, être solitaire et se sacrifiant pour le bien commun. Une petite mort annoncée que nous pouvons, pourtant, empêcher. « Birthplace » : ou quand le sublime touche à l’exemplaire et à la prise de conscience.


Retrouvez Novo Amor sur :
Site officielFacebookTwitter

Raphael

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami