[Entourage #23] Maud (Bank Myna)

Groupe foncièrement à part dans le paysage musical français, Bank Myna signe son retour ce printemps avec « Forest in my Head », un titre plus grave qu’à l’accoutumée, à la menace captivante. Du froid mordant de ses débuts, le quatuor ghost wave se libère pour porter une identité toute puissante, à l’incandescence sensuelle et majestueuse. Aux prémices d’un nouvel EP à paraître en fin d’année, nous avons invité Maud, sa chanteuse, à nous confier cinq amitiés musicales et ses anecdotes.

Morning Drops

Morning Drops, on a entendu parler d’eux quand on cherchait un groupe local pour jouer avec nous à Dijon. Le courant est passé dès les premiers messages échangés avec Ty sur internet. Le concert en soit était plutôt épique. On débarque l’après-midi dans un bar qui ne paraît pas super accueillant de prime abord et avec un patron qui semble complètement lunatique. Finalement, c’était un de nos meilleurs concerts et le patron, malgré son côté Capitaine Haddock mal luné, nous a accueilli comme des rois (mention spéciale pour les pâtes bolo’ dont lui seul a le secret !)  Les gars de Morning Drops avaient ramené tous leurs amis et on a fait la fête jusqu’à tard. On a enchaîné avec eux le lendemain pour une date à Lyon (en compagnie de Pratos) qui a fini sur la péniche du Sonic (là aussi, tard) et ça nous a vraiment donné envie de rejouer avec eux. Humainement, ce sont vraiment des belles personnes et musicalement, ça nous plaît beaucoup. Pour moi, ce sont les nouveaux Slowdive. Ils ont récemment sorti leur premier EP, à écouter et à acheter de toute urgence.


Amine Dhobb

J’ai rencontré Amine quand il jouait dans The Way of Grace, un superbe groupe dream pop à cheval sur Casablanca et Paris. J’étais littéralement tombée amoureuse de leur musique et je les avais interviewés à l’époque où j’écrivais pour le webzine Raw Investigations. Ils nous avaient ensuite invités à faire quelques dates en commun et Amine nous a invité à Paris lorsqu’il s’est produit en solo à l’Olympic Café. Je le trouve vraiment doué et avec une identité propre dans la ligne d’Animal Collective. J’aime écouter ses chansons en fermant les yeux sur mon lit. Elles me font voyager.


Marble Arch et le collectif nøthing

On a tout récemment joué avec eux à Rennes pour la release de la 5e compilation de notre collectif nøthing et j’ai adoré leur set. Et puis, un de leur guitariste vient de Toulouse, comme Xavier et moi (ça, c’est de l’anecdote !). C’est de la pop que je qualifierais de « nostalgique ». Ce n’est pas une musique qui me rend particulièrement triste ou joyeuse mais elle me plonge dans une rêverie cotonneuse et me procure une sensation de spleen éparse. Leur musique est toutefois entraînante, directe et sans détour ce qui fait qu’il est facile de s’y identifier. L’idée derrière le collectif nøthing, c’est vraiment de regrouper plusieurs groupes (français) sous une esthétique musicale plutôt noise / shoegaze et souvent DIY, et de s’entraider, de partager nos expériences, nos contacts, etc. On est vraiment fier d’en faire partie aux côtés de groupes aussi talentueux.


Scaffolder

On est colocataires de studio de répétition dans le 12e à Paris et c’est comme ça qu’on les a découverts. On n’a jamais partagé de scènes avec eux (mais j’espère que ça ne saurait tarder). Leur musique est envoûtante, sombre, avec un côté psyché bien à eux. Je ne m’en lasse pas. Ils viennent de lancer une série de courts métrages musicaux plutôt sublimes.


Bien à toi

C’était particulièrement difficile de choisir un dernier groupe pour compléter notre « entourage » mais je pense que celui-ci est bien choisi. On a joué tout récemment avec eux à Cholet, dans une des meilleures salles de la terre, le Bar’Ouf. J’adore ce lieu. On y a fait de très belles rencontres. C’est la deuxième fois qu’on y jouait et j’avais également été y voir des amis. C’est assez incroyable car on ne se doute pas qu’une ville moyenne comme Cholet puisse accueillir une salle aussi bien équipée et proposer une programmation aussi pointue grâce au réseau d’associations dynamiques qui gravite autour. Pour ce concert, c’est Lucas et Frida Label, le label du groupe La Jambe de Frida qui nous ont accueilli pour une soirée post-rock et math-rock et Bien à toi était du voyage. L’atmosphère sombre et minimaliste de leur concert m’a vraiment séduite. Je me suis vraiment laissée emporter par leurs différentes ambiances, qu’elles soient éthérées ou plus bruitistes. J’ai pris une grosse claque !


Début avril, Bank Myna revenait hanter nos esprits avec « Forest in my Head », sa nouvelle pépite noire incandescente. Retenez votre souffle pour six minutes dévorantes, retenues avant d’être libérées. C’est alors l’image trouble d’un brasier sensuel que vient à imprimer dans notre imaginaire, dans notre psyché, le quatuor parisien. Emporté par ses instrumentations affirmées par le chant dévoué de sa chanteuse, Bank Myna se livre à une démonstration magistrale ; avant-goût irrésistible de sa prochaine lignée.


Retrouvez Bank Myna sur :
Site officielFacebookBandcampSoundcloud

rédacteur en chef curieux et passionné par les musiques actuelles et éclectiques

Partager cet article avec un ami