[Clip] Céline Ollivier – Tes lèvres sur mon front

Un simple geste devient un court-métrage saisissant et poignant, dont la sobriété met toujours plus en valeur la remarquable poésie. Une nouvelle ère s’ouvre pour la performance musicale et picturale.

À quoi s’attendre le jour des retrouvailles ? Qui aura changé, qui sera le ou la même ? « Tes lèvres sur mon front » débute, devant la caméra précise et humaine de Chloé Robineau, sur des préparatifs qui, finalement, n’en sont pas vraiment. Car ce sont des impressions, des sensations et des questions qui parcourent les pictogrammes du film ; des habitudes n’ayant plus la même valeur que lors d’un quotidien où, sans qu’on le sache, l’absence était omniprésente. « Quelle chance d’être debout » : dans cette phrase, tout l’enjeu de ce séjour au cœur de la forêt résonne, puis de la cité, le monochrome enlaçant les protagonistes pour ne plus laisser paraître qu’eux, leurs allures, leurs regards. On songe à une liaison qui n’a jamais abouti, à des questions qui seront enfin abordées, à des réponses qui seront des évidences ou des gifles morales. On contemple, en attendant que chacun se dévoile. En silence.

La magnifique justesse d’interprétation de Rita Pradinas et Clément Robineau se fait sobre, dévouée à l’objectif de la réalisatrice. Et le paradoxe s’installe : la lettre que chante Céline Ollivier doit immanquablement devenir réalité. Sans jeu de séduction inutile et désuet, « Tes lèvres sur mon front » raconte le vrai, le passage du non-dit à la fusion. Quand tu es là, je vis. Quand tu n’es plus auprès de moi, je suffoque. L’humour des situations, la dramaturgie de ces photos prises pour immortaliser la rencontre, s’enchaînent et nous bouleversent. « Quand j’y pense, toi et moi, de quoi nous privons-nous ?[…] De quoi nous cachons-nous ? » La normalité, cruelle, violente, nous fait face dans les ultimes secondes de l’union. Mais l’ivresse du sentiment, les vapeurs d’un alcool consumant les barrières de la bien-pensance, rapprochent. L’histoire s’achève sans que l’on puisse en deviner le lendemain ; mais ce dernier baiser est un espoir. Une différence. Une éblouissante révélation.


Retrouvez Céline Ollivier sur :
Facebook

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami