[EP] Thursday French Fries – Tiny, Funny, Funky !

Preuve incontestable que le rock français n’est pas destiné qu’à une exposition immédiate et orageuse d’éléments rythmiques et lyriques électrisants, « Tiny, Funny, Funky ! » de Thursday French Fries ressemble davantage à un une vocation, un sacerdoce prêt à s’imposer dans le paysage dynamité hexagonal. Ou quand l’intelligence du propos rejoint à la perfection l’immédiateté de l’exaltation.

TFF Tiny Funny Funky 600x599

Un nom étrange ; comme si les « French Fries » ne devaient être consommées que le jeudi. Dommage, alors, de devoir s’en priver le reste de la semaine (quoi qu’en disent nos chers nutritionnistes). Et, étrangement, il est incontestable que TFF (la version abrégée de « Thursday French Fries », contenant une part de mystère essentielle au propos du quintet lillois) nous donne de quoi combler ce manque culinaire ; mais pas seulement. Car « Tiny, Funny, Funky ! », soit trois adjectifs à même d’exposer ce que nos musiciens recherchent dans leur art, remplit bien d’autres absences dans notre quotidien. Et, en premier lieu, un sens, indubitable et nécessaire, de l’exhibition rock ; soit, pour parler plus clairement, une définition, tant mélodique que verbale, de ce que celui-ci se doit d’être. La recette que composent ces six titres à la fois acides et sucrés offre un menu imparable et qu’il est bon de rappeler, l’espace d’une petite demi-heure.

Maître d’un funk rock sans concession et aussi direct qu’une gifle qui éveille nos esprits endormis, TFF déroule ses convictions et ambitions au fil d’un opus à l’implacable progression. Parfaites introductions à l’atmosphère chargée de dévotion et de vocation, « Clap » fait monter la tension, entre riffs obsédants et chant transporté par son phrasé et ses sensations, alors que « Décibel » délivre ce qui sera le maître-mot du groupe ; à savoir, monter le son à fond pour mieux en distinguer les arrangements précis et savamment organisés et pensés, clef de voûte d’une structure harmonique que l’on est obligé de vénérer. Le funk savoureux et cathartique de « I’m Sorry » souffle une bouffée d’oxygène agréable et caressante, quand « Break the Silence » trouve la porte nous menant vers la libération de nos sens et de nos sensations les plus fortes et retenues, notamment à travers un solo de guitare final ciselé et pénétrant. « Giant Chicken » laisse apparaître un humour proche de l’ironie, parenthèse humoristique mais surtout réaliste sur la place de l’homme tel qu’il est vu, et non tel qu’il est ; notamment, lorsque ce dernier se révolte et incite à une course effrénée vers une destination inconnue, sachant qu’il faudra certainement puiser toute notre adrénaline pour lui échapper. L’identification et la personnification de TFF se trouveront dans le final « Mister Blast », cet être inventé de toutes pièces mais qui, loin de n’être qu’anodin, contient, dans ses mouvements et ses volontés, ce que porte le combo au plus profond de son cœur et de ses désirs enfin déchaînés.

« Tiny, Funny, Funky ! » : un point de départ propice à toutes les circonvolutions créatrices. TFF donne au rock français une direction que beaucoup feraient bien de suivre, calée entre le confort d’une performance parfaitement assimilée et le délire communicatif d’une force intérieure qui n’a pas dit son dernier mot. Et des mots, il y en a beaucoup à entendre, mais également à méditer. Un EP aussi fulgurant qu’intelligent ? On adhère tout de suite !

Thursday French Fries par Jessica Lestuzzi 600x400
crédit : Jessica Lestuzzi

« Tiny, Funny, Funky ! » de Thursday French Fries est disponible depuis le 27 octobre 2017.


Retrouvez Thursday French Fries sur :
Site officielFacebookSoundcloud

Raphael

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami