[LP] Norman Would – Out of the blue

On ne remerciera jamais assez les artistes de nous accorder leur confiance en nous offrant l’écoute et la découverte de leurs univers ; et, d’autant plus, lorsque retentissent tout autour de nous des albums aussi sublimes que « Out of the blue » de Norman Would, phénomène venu de nulle part mais qui nous a immédiatement bouleversés et intégrés dans son monde entre folk et rock délicat et sensible, grâce à un mélange parfait et judicieux d’instruments multiples portant le timbre si particulier et chaud du compositeur. Le résultat demeure mémorable à chaque écoute, comme une méditation au sein des grands espaces, un retour à soi dans le chaos des éléments.

Norman Would Out of the blue par Julie Noêl 600x600
crédit : Julie Noël / Romain Lainé

De son propre aveu, Norman Would dit avoir enregistré un album « dans une veine américaine » ; et, même si l’on est tenté de lui donner raison, il est évident que « Out of the blue » va beaucoup plus loin, révélant à nos yeux un songwriter habité par ses compositions et prêt à tout pour les faire évoluer dans l’espace et le temps. Car, à son écoute, on se doute que le disque n’a pas été aussi simple qu’il n’y paraît à réaliser ; tant d’arrangements, d’interprètes invités, le tout afin d’apporter à la puissance imagée et humaine du compositeur des niveaux de langage précis et audacieux, mais immédiatement fédérateurs. C’est bien simple : « Out of the blue » est certainement l’un des plus grands opus intimes que la musique hexagonale nous ait livrés cette année. Une manière idéale de finir en beauté.

Toute source d’inspiration semble être un exutoire pour Norman Would ; une façon de chasser sur ses terres pour en faire fuir les prédateurs l’empêchant de trouver sa propre voie, son propre langage, sa propre mouvance. Passant du dialogue amoureux et sentimental, du besoin de l’autre à ses côtés dans une bouleversante tendresse mélodique (« Said and done » ou le poignant dialogue voix-violoncelle de « If you were to find me »), il n’en oublie pas pour autant les heures de solitude, soit à composer, soit à se replier sur lui-même pour tirer les expériences nécessaires à sa poésie (le puissant et multi-instrumental « Hangover blues » ou la pureté chorale de « Gone to waste »). Il est difficile d’exprimer tout ce que cette étonnante offrande parcourt pour, comme elle l’exprime si bien, « Sortir de bleu », du désespoir et de la déraison. Enchaînant ses odes et phrases toutes chargées de significations, Norman Would étreint la douleur et la rédemption afin d’en extraire la sève, seule à même de couler dans ses veines pour mieux le porter aux nues (la lumière au bout du tunnel de « Almost down » et du final et réconfortant « Out of the blue »).

« Out of the blue » est une piste traversant mille paysages, en laissant l’individu y trouver ses marques, soit par le sang laissé sur un rocher aiguisé, soit par les cendres d’un feu réchauffant le passager des vents, des pluies et des rayons salvateurs du soleil. Une épopée aussi bien intérieure que donnée, avec sincérité et générosité, aux êtres égarés que nous sommes et qui, grâce à elle, auront toutes les chances de se sentir être, respirer, exulter.

Norman Would 600x600
crédit : Matthieu Scotti

« Out of the blue » de Norman Would est disponible depuis le 20 septembre 2017.


Retrouvez Norman Would sur :
FacebookBandcamp

Raphael

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami