[Live] Benjamin Biolay et Clou à l’Aéronef

Soirée chanson française ce samedi 25 novembre à l’Aéronef. Le concert de Benjamin Biolay affiche complet depuis de longues semaines, et sur les réseaux sociaux la moindre place revendue s’arrache en quelques secondes. On ne se souvenait plus d’une telle aura pour le chanteur français. Sa récente médiatisation avec l’émission « La Nouvelle Star » y serait-elle pour quelque chose ? Se retrouvera-t-on dans une salle remplie de pré-ados venus hurler « Benjamiiiiiiiin !!! » ? Absolument pas, c’est une soirée passionnante pour passionnés que l’on s’apprête à vivre.

Benjamin Biolay © David Tabary

La soirée débute avec Clou, jeune femme seule en scène avec sa guitare électrique. Au début, on se dit que son nom c’est un peu bête comme chlou.

Et puis dès le 2e morceau, lorsqu’elle lance au public « Comment je m’appelle ?! » et que tout le monde répond en chœur « Clou ! » on se dit que ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée. Manifestement impressionnée (elle avouera que c’est la première fois qu’elle joue dans une aussi grande salle), Clou n’en assume pas moins sa place sur scène et délivre une prestation touchante, autant que sa voix est envoûtante.

Benjamin Biolay fait le choix d’entrer sur scène sur « Palermo Hollywood », soit le morceau titre et introductif de son précédent album. Pas encore à l’aise avec « Volver » ? L’album est pourtant sorti depuis plus de 6 mois. Et malgré cela, on sent bien que « BB » n’est effectivement pas super à l’aise, bien qu’il démultiplie les pas de danse, les bras en l’air et les approches vers le bord de la scène.

Benjamin Biolay © David Tabary

Avec l’aide de Chiara Mastroianni qui le rejoint sur scène au bout de quatre titres (et peut-être celle de ce grand verre de vin rouge qui trône sur un piano à l’arrière de la scène) pour interpréter « Billy Bob a Raison » et « Ressources Humaines », Benjamin Biolay cesse peu à peu de faire l’acteur, se détend et gagne en sincérité. Ca tombe bien, c’est le moment qu’il choisit pour interpréter ce monument de chanson française qu’est « La Superbe ». Le public, chaud bouillant et acquis à la cause du chanteur dès la première seconde du concert, exulte. Biolay s’en rend-il compte ? C’est le moment qu’il choisit pour plonger dans le répertoire de « Volver » avec « Hypertranquille » dont il finit par modifier les paroles pour scander « Hypertranquille dans la métropole Lille ! »

Alors qu’il enchaîne avec le morceau-titre « Volver », et que l’on prend la mesure de la perfection du son et des musiciens qui accompagnent le chanteur, Benjamin Biolay laisse chacun sortir de scène et se met seul au piano pour jouer le magnifique « Ton Héritage » puis « Négatif », pour lequel il remerciera le public de l’accueil réservé à ce vieux morceau qui lui est cher.

Benjamin Biolay © David Tabary

Mine de rien, le niveau de maîtrise atteint par ce concert est exceptionnel. Mais à force, le risque est de pêcher par excès de confiance et Biolay fait une sortie de piste en s’essayant à reprendre du Manu Chao. Peut-être conscient du problème, alors qu’il s’apprête à interpréter « la Débandade », BB demande au public « j’espère que ce n’est pas ce qu’on est en train de vivre ici ? » On te rassure Benjamin, vu le niveau de transe parmi le public qui nous entoure, non vraiment pas ! Tu peux faire ce que tu veux, tu es pardonné d’avance, c’est un grand oui !

Nathalie Cabrera © David Tabary

On croît un temps que Biolay va revenir à des ambiances musicales qu’on lui connaît mieux alors qu’il reprend une chanson sud-américaine avec sa bassiste Nathalie Cabrera. Ce n’est pourtant qu’une diversion pour mieux nous mettre une énorme claque dans la tronche lorsqu’il se transforme en rock star avec un « Padam » de folie qui le voit tomber genoux à terre tandis que toute la foule a les bras levés. Et que dire de ce « A l’origine » qui referme le concert dans une ambiance de folie avec un Benjamin Biolay qui descend dans des graves gutturaux que ne renierait pas un chanteur de metal !

Il reste à Biolay à dérouler une dernière fois en deux rappels parfaitement maîtrisés, dont on retiendra l’énorme tube pop « Roma (amoR) » et deux reprises éclectiques : « Retiens la nuit » de Johnny Hallyday (il a beau dire que c’est de circonstance en fin de soirée, il fallait oser !) et « Jardin d’Hiver », dont on peut finalement contester le caractère de reprise, mais que Biolay interprète en duo avec Chiara Mastroianni avant de conclure dans un salut à la foule plein d’émotion et de remerciements pour ce public lillois comme souvent parfait.

Setlist de Benjamin Biolay à l’Aéronef

Palermo Hollywood
La garçonnière
15 septembre
Miss Miss
Billy Bob a Raison
Ressources humaines
La superbe
Hypertranquille
Volver
Ton héritage
Négatif
Dans la Merco Benz
Clandestino
La débandade
Dolor
Pas d’ici
Padam
Encore Encore
À l’origine

Rappel 1

Les Cerfs Volants
Roma (amoR)

Rappel 2

Pas sommeil
Retiens la nuit
Jardin d’Hiver


Retrouvez Benjamin Biolay sur :
Site officielFacebookTwitter

photographe de concert basé à Lille, rédacteur et blogueur à mes heures

Partager cet article avec un ami