[LP] Fazerdaze – Morningside

Lieu de repos et endroit idéal pour, enfin, s’installer et vivre pleinement son art et ses passions, « Morningside » de Fazerdaze est bien plus qu’un album entre pop et rock ; c’est une douce promenade dans les quartiers d’une ville où Amelia Murray est enfin parvenue à se trouver, à se libérer pour mieux se donner à nous, à travers dix pistes chaleureuses et confiantes.

De son propre aveu, la Néo-Zélandaise Amelia Murray, alias Fazerdaze, ne s’attendait pas au succès pourtant largement mérité de son premier EP éponyme sorti en 2014. Une demande croissante dans son pays d’origine, puis à l’international, la surprenant et devenant rapidement une contrainte, à laquelle elle se plie volontiers, afin de transmettre sa musique hors de ses propres frontières. Il lui aura fallu le temps de s’approprier cette notoriété naissante, de vivre sa propre existence, entre art et études, pour finalement trouver un refuge apte à lui permettre de libérer son imagination fertile : « Morningside », dans la banlieue d’Auckland, où elle parvient à réunir tous les éléments donnant naissance à son premier album, hommage à ces bâtisses encadrées par, d’un côté, le stade d’Eden Park et, de l’autre, la verdure de Western Springs. Une dualité qui transparaît dans les créations de la compositrice, de même que sa volonté croissante, malgré une timidité innée, de se mettre en avant pour profiter autant que possible du partage qui s’impose à elle, sur disque comme sur scène.

Car Amelia a puisé, dans son intimité et sa personnalité, l’essence vivifiante et heureuse de « Morningside ». Qu’elle nous éblouisse dès la beauté ensoleillée de « Last to Sleep » ou dans les sourires précieux et accueillants de « Take It Slow », la musicienne soigne les pierres éclatantes et fines qui, en s’enfilant les unes aux autres le long d’un fil fin et argenté, deviennent un bijou rayonnant et que l’on chérit tendrement. La ballade aérienne « Little Uneasy » tient tête au rock sous-jacent de « Lucky Girl », extase dansante et communicative qui ne laissera personne indifférent. De même, « Jennifer », histoire à la fois proche de l’anecdote et du vécu, de l’affection et du soutien, glisse délicatement le long de nos colonnes vertébrales pour mieux nous préparer à la puissance de « Friends » et « Half-Figured », concentrés bruts et tout en échos d’une personnalité en devenir, devinant ses formes et regards à travers le prisme de l’écriture. Avant de conclure grâce au surprenant « Bedroom Talks », promenade électronique nuageuse et confortable, alors que la nuit nous enserre et que les lumières de la ville, au loin, éclairent nos pupilles.

« Morningside » est un opus exceptionnel à bien des égards ; mais c’est avant tout le journal intime d’une femme devenue adulte en parallèle d’une renommée ascensionnelle qui aurait pu l’égarer, mais qu’elle a préféré comprendre et analyser, ressentir et palper, avant d’en livrer sa vision magnifique et mature. Fazerdaze est bien plus que le simple alter ego d’Amelia Murray ; il est son reflet, ses gestes, ses mains qui réchauffent et caressent pour signifier une présence rapidement indispensable, entre innocence et délivrance.

« Morningside » de Fazerdaze est disponible depuis le 5 mai 2017 chez Flying Nun Records / Tugboat Records / Groenland Records.


Retrouvez Fazerdaze sur :
FacebookTwitterBandcamp

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami