[LP] Nadine Khouri – The Salted Air

C’était avec impatience, fièvre et une cruelle sensation de manque que l’on attendait le premier album de Nadine Khouri, annoncé il y a quelques mois ici même avec le single « Broken Star ». Enfin, l’objet tant vénéré avant même d’être révélé est entre nos mains ; et il est difficile de trouver les mots justes pour définir ce disque à part, totalement original du fait des pistes qu’il explore continuellement et, avant tout, d’un charme fou et d’une beauté à se damner. Une œuvre hors de son temps, un baiser délicat et réconfortant posé sur nos joues. Une pure merveille qui nous marquera longtemps.

Artiste d’origine libanaise basée à Londres, Nadine Khouri est une femme aux multiples cultures, gardienne d’harmonies ancestrales et précieuses qui ne peuvent être montrées sans avoir, auparavant, été charmées et filtrées par sa voix aussi grave que troublante, ainsi qu’à travers des compositions n’étant en rien comparable aux structures classiques auxquelles nous sommes habitués. De ce fait, « The Salted Air » est un objet sonore indescriptible visuellement, mais assimilable sensiblement. Comme, en leur temps, d’autres opus ont préféré rester en marge d’une production trop généralisée (comme « Grace » de Jeff Buckley, par exemple), celui que nous offre la belle en ce début d’année ne s’inscrit dans aucun courant, à part le sien propre. Et c’est ce qui donne à l’ensemble cette régularité profonde et viscérale, cette luminosité à la fois confortable et trop éblouissante, comme un halo qui nous encercle et se resserre autour de nous, aussi brûlant que protecteur.

Dès la montée dramatiquement intense de « Thru You I Awaken », où noirceur et blancheur se divisent avant de se mélanger et de s’unir en des arabesques fines et ciselées, le paysage musical de Nadine Khouri ondule, alterne les instants de grâce et les chutes dans l’abîme ; comme si côtoyer la tragédie et la poésie n’était qu’une seule et même action, l’une n’allant jamais sans l’autre. La chevauchée nocturne de « I Ran Thru The Dark (To The Beat Of My Heart) » vient bientôt frôler la délicatesse chorégraphiée de « Jerusalem Blue » ; de même que, plus loin, le folk souriant de « Surface Of The Sea » prend les devants pour mieux laisser déferler la transe hypnotique de « Shake It Like A Shaman » et les sentiments à fleur de peau et chargé d’espoirs de « Catapult ». Entretemps, nous aurons été subjugués par le bouleversant titre éponyme, où les voix se répondent et se font écho avec une justesse et une force évocatrice inoubliables. Tout l’art de la chanteuse/compositrice réside dans l’intemporalité omniprésente qui déambule le long de ces odes ralenties, allongée, alanguies et berçantes : sculpter chaque mélodie, chaque accord avec une simplicité saisissante, tout en ne conservant que la sève la plus pure de l’instrumentation.

« The Salted Air », ce sont ces embruns que l’on sent sur nos lèvres alors que le vent se lève et que nous observons l’horizon, seuls ou à deux, en méditation au milieu de secondes suspendues. Ces caresses imprévisibles qui, au moment où elles nous sont prodiguées, nous mettent du baume au cœur. Ces photographies jaunies que l’on retrouve dans un grenier et qui nous font basculer dans une rassurante nostalgie. Ces bougies qui se consument lentement, paisiblement, et dont la cire coule doucement pour former les plus improbables figures. Ces regards, ces sons, ces repères dans la foule et la nuit. Nadine Khouri nous offre généreusement tout cela, et bien plus encore. Un joyau inestimable et à chérir sans modération.

crédit : Jeff Wood

« The Salted Air » de Nadine Khouri est disponible depuis le 3 février 2017 chez One Flash Records.


Retrouvez Nadine Khouri sur :
Site officielFacebookTwitterSoundcloud

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami