[EP] The Psychotic Monks – IV

Entrer dans la psyché obsessionnelle et furieuse de ses créateurs ; c’est ce que nous invite à faire le récent effort des moines psychotiques, avec un nouvel EP aux doux parfums de psyché et de rock 70’s. Voire beaucoup plus.

The Psychotic Monks - IV

Au premier abord, on est frappé par la sereine nostalgie qui s’échappe des mélodies de « IV », nouvelle offrande des Parisiens de The Psychotic Monks. Une sensation confortable suscitée par un rock comme on n’en avait pas entendu depuis longtemps, rencontre improbable entre les balbutiements post-60’s des guitares électriques et les vagues sulfureuses de la décennie suivante. Alors, pourquoi conserve-t-on, dans le même temps, cette impression singulière de n’être devant rien de connu, de plonger dans le mystère et la fascination ? Tout simplement parce que le groupe ne se contente pas de produire et dessiner les contours d’un art déjà trop souvent copié ; non, The Psychotic Monks EST sa propre création, donnant tout ce qu’il est possible pour posséder chaque piste. Un parcours du combattant proche de la quête initiatique et de l’épreuve personnelle, et au fil duquel on sent, à chaque détour, poindre la sueur et le sang. Pour un résultat remarquable et fascinant.

Autant l’affirmer de facto : on ne ressort pas indemne de l’écoute de ce nouvel opus. Plongeant à corps perdu dans le vide au terme d’une intro de quelques secondes, le projet semble tout d’abord errer entre l’apaisement et l’urgence, ne laissant jamais imaginer à quel point la sublime beauté de « The Great Escape » peut nous sauver du saut en chute libre. Quelques instants paisibles, à l’orgue ; quelques bruits, des guitares immersives, puis survient une seconde partie inattendue et touchant à l’apothéose des sens. Celle-là même qui trouvera dans « In Veins » un pendant beaucoup plus direct et affirmé, une claque sonore que viendra, plus tard, compléter le captivant « Cold Words ». Entretemps, ces vagues successives de chaleur et de gel se répandent dans nos veines, scrupuleusement arrangées et interprétées : la progression tout en finesse et pureté de « Ender » s’allie aux tonalités acoustiques ténébreuses du superbe « Wither Away », diptyque jouissif et imprévisible sur lequel tout repose. The Psychotic Monks prouve que rien n’est laissé au hasard, que chaque chanson trouve la place qui lui est due, sans hésitation ni doute.

Les hymnes se succèdent, s’interpellent, se répondent avant de ne former qu’une seule voix. Celle d’un rock aérien et pénétrant, ravageant tout sur son passage avec une subtilité presque vicieuse, mais contre laquelle il est inutile de se lever. La volupté sombre et marquante du disque est en tous points parfaite et obsédante. On se laisse emmener dans ces couloirs à peine éclairés, là où les formes s’agitent, indistinctes, alors que les litanies retentissent et nous attirent. Il y a quelque chose d’exceptionnel dans la musique de The Psychotic Monks : ces éléments qui fédèrent immédiatement, sans prévenir, et nous hypnotisent en nous faisant perdre tous nos repères. Les chansons deviennent autant de mantras intimes et sensibles, les évocations de versets quasiment religieux, entraînant la transe pour tous ceux qui croisent leur chemin. Une route sur laquelle on s’embarque avec autant de plaisir que de frénésie et d’envie, car elle devient la seule à même d’être parcourue et explorée. Un dévouement total pour des créations humaines phénoménales et aux mille images subliminales.

crédit : Christophe Crénel
crédit : Christophe Crénel

Un EP qui fait de sa part d’ombre l’élément essentiel d’une musique marquante et précieuse ; de quoi devenir psychotique et en vouloir toujours plus !

« IV » de The Psychotic Monks, disponible depuis le 6 mars 2016.


Retrouvez The Psychotic Monks sur :
FacebookTwitterYouTube

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami