Menu

[LP] Pick A Piper – Distance

L’électro douce et sensible de Pick A Piper atteint son apogée avec le magnifique « Distance », collection de sonorités cotonneuses et délicates qui sont autant de caresses et de gestes de réconfort lors de nos soirées solitaires et mélancoliques. Un remède à la morosité autant qu’une œuvre complexe, intense et éminemment ludique.

Tout au long de ses créations, le Canadien Brad Weber, alias Pick A Piper (épaulé, dans le cas présent, par Angus Fraser et Dan Roberts), n’a eu de cesse de s’inspirer de ses voyages à l’étranger autant que de ses errances intérieures pour imprégner ses compositions de saveurs diverses, basant la musique électronique sur des matelas à la fois confortables et duveteux. Sans tomber dans la pure et simple expérimentation, même si cette dernière fait partie intégrante du processus artistique du musicien, « Distance » dépasse ses prédécesseurs par une capacité inhérente à offrir l’ultime épreuve d’une quête de la beauté et de la jouissance sonore à travers neuf pistes lumineuses et enivrantes, où harmonies, beats et voix s’entrelacent et se répondent au juste moment, à l’instant idéal et précis auxquels ils apparaîtront avec toute leur énergie flamboyante et leur admirable sensualité. De la tristesse à l’extase, il n’y a qu’un pas que Pick A Piper franchit, accomplissant des allers-retours réguliers entre ces deux sensations pour mieux nous aider à les vivre et à les transcender. Pour devenir nous-mêmes, avec nos faiblesses et nos atouts.

Chaque texture, chaque sonorité dévoilent une volupté de tous les instants, que ce soit dans la magie introspective du splendide « Still Awake » ou à travers les deux collaborations en compagnie de Introverted Dancefloor ; ainsi, « Geographically Opposed » (rencontre entre le Canada et la Nouvelle-Zélande) nous entraîne dans un rythme aussi tribal que pénétrant, là où « January Feels Lost » donne vie à des cuivres chaloupés et tendres. Une densité mélodique que l’on retrouve à son apogée sur l’ethnique et crépusculaire « Nikko », où la boucle artificielle structurant tout le récit se promène au gré des modulations percussives et pulsionnelles, complété en cela par les marimbas du satiné « Night Owl » et l’impulsivité romantique et cinématographique de « Three Years Today ». Le disque revêt de nombreuses panoplies, des masques que l’on aime voir tomber sans crier gare, révélant autant de détails sur les visages poudrés et expressifs des individus harmoniques que nous sommes invités à observer, aussi bien lorsque ceux-ci deviennent colériques (« Flood of My Eyes », en duo avec Shadowbox) ou séducteurs (le vaporeux « Further And Further », en compagnie du DJ japonais LLLL).

Miroir d’humeurs et de ressentis charnels et sensuels, « Distance » réduit les écarts séparant les piliers fondateurs de la musique électronique, ornant ses titres de décors entre brouillard et condensation brûlante et revigorante. L’album se mue en une créature onirique, issue du conte de fée que chacun d’entre nous imagine à sa manière, voyageant au sein de milieux aquatiques ou célestes avec une motivation et une fascination inébranlables. Une superbe bande originale du rêve et de ses dérives, naturelle et vibrante.

crédit : David Estanol

« Distance » de Pick A Piper est disponible depuis le 24 février 2017 chez Abandon Building Records / Tin Angel Records.

Retrouvez Pick A Piper sur :
FacebookTwitterSoundcloud